fbpx Skip to content

> Il était une fois… Fabienne Kristofic

Il était une fois… Fabienne Kristofic

Fabienne Kristofic
Fabienne Kristofic

Nés sous la plume de Fabienne Kristofic, Madie et Roger font désormais partie de l’imaginaire des enfants qui grandissent aux Antilles. Rencontre avec une auteure martiniquaise attachée à sa culture.

« Maman, regarde, c’est la maman de Madie ! » Moins populaire que ses personnages, Fabienne Kristofic est malgré tout reconnue par certains enfants. Ceux qui ont participé aux ateliers de l’auteure dans les écoles ou les bibliothèques. Depuis 8 ans, elle signe avec succès des albums en français et en créole pour les 0 à 10 ans, des histoires qu’elle invente, des contes qu’elle transmet. Et ça plaît aux enfants, aux parents, aux enseignants au point d’être devenue un nom qui compte dans la littérature jeunesse locale.

« La maman de Madie »

« Mon fils a aujourd’hui 20 ans et Madie, c’est sans doute la petite sœur qu’il n’a pas eue », s’amuse-t-elle. L’idée de se lancer dans ce métier de création a surtout germé lorsque son fils était un petit garçon et qu’elle cherchait à lui lire des histoires. « Il y avait peu de choses pour les garçons, peu d’ouvrages qui étaient liés à notre culture antillaise », se souvient-elle. Alors, petit à petit le projet est né de raconter elle-même. Il lui a fallu choisir un illustrateur, apprendre le métier d’éditeur… Son fils avait grandi, le héros du premier livre serait une fille, elle s’appellera Madie. « Écrire des histoires, c’était en veille au fond de moi », explique celle qui quitta l’univers du tourisme pour se réinventer dans l’écriture de livres jeunesse. Il y a eu les histoires racontées par la famille. Une tante auprès de qui elle s’asseyait quand celle-ci faisait de la couture et qui lui racontait des histoires. Une autre femme de la famille qui tenait un magasin et racontait les aventures du quartier ou de l’île, récits fantastiques ou banals qui composent l’imaginaire collectif antillais et affûtent les sens des hommes, des femmes, des enfants. Une tradition orale acquise quand elle était petite fille, qu’elle a gardée en elle et qu’elle fait vivre à sa manière.

3Madie Kristofic Auteure
2 Madie Kristofic Auteure
1 Madie Kristofic Auteure
5 Madie Kristofic Auteure
4 Madie Kristofic Auteure

Précédent
Suivant

Plantes, fleurs, fruits…

Aujourd’hui, ce sont la nature et les animaux qui l’inspirent le plus. « Absolument tous les animaux », sourit-elle en énumérant vaches, cabris, moutons, insectes… Elle qui a grandi aux abords de la forêt Montravail, dans le sud, sur les hauteurs de la Martinique, a noué une relation intime avec cet environnement naturel presque sauvage. « Les arbres, les plantes, les fleurs, les fruits, les légumes… sont une des pierres de notre culture, poursuit-elle. Savoir les nommer, les reconnaître faisait partie de l’apprentissage de la vie pour tous les enfants. » Aujourd’hui, ses livres font office de relais. La transmission se fait à travers les aventures de Madie qui habite au Diamant avec sa famille, fête son anniversaire avec ses amis, s’amuse dans son jardin, et part le week-end à Grand Rivière avec les siens pour se baigner dans la rivière et déjeuner en forêt. Des scènes banales de la vie d’une petite fille en Martinique, qui séduisent les Antillais, les visiteurs, les Métropolitains installés ou de passage, et même des Canadiens, qui l’ont contactée via sa page Facebook pour se faire livrer au Québec ! Un succès qui tient à l’universalité des histoires et aux valeurs qu’elles insufflent. 

Pièce de théâtre

« Les histoires me viennent assez spontanément et sans prévenir ! sourit-elle. J’ai pu écrire la trame d’une histoire sur un bout de papier, dans une salle d’attente d’une administration, et après je retravaille, compose des dialogues, découpe le récit jusqu’à en tirer une histoire pour les 0 – 10 ans. » Vient ensuite la mise en images. Fabienne Kristofic choisit elle-même son illustrateur et s’engage dans plusieurs mois de travail et d’échanges pour arriver aux planches finales. « Dès les premiers ouvrages, ça a tout de suite plu ! », se souvient-elle. En tant qu’auto-éditeur elle a rencontré un à un les distributeurs et les libraires de l’île pour leur présenter le tome 1 des aventures de Madie « Lafè l’anivèsè Madi ». Après quatre livres, les éditions Orphie sont devenues sa maison, confirmant l’auteure dans son parcours et lui offrant plus de temps pour créer de nouvelles histoires et de nouveaux personnages. Deux livres de contes créoles viennent alors compléter sa bibliographie. Le premier, « Patfin, Grandjèl épi Gwobouden », a même été adapté pour une pièce de théâtre « au spectacle de fin d’année d’une classe de maternelle, en juin dernier ». Des tirades en créole et des éclats de rire du public, en réponse aux aventures des trois personnages partis chercher de l’huile et de la morue pour leur maman, et dont la désobéissance du premier allait causer le malheur de toute la famille. Une histoire haïtienne, fidèle à la valeur morale et générationnelle du « conte », qui amuse les enfants (et les parents) autant qu’il donne à réfléchir et qu’il aide à grandir. L’idée de ces albums, c’est aussi que les enfants qui repartent ensuite de Martinique ou de Guadeloupe « se soient imprégnés de cette culture locale » et qu’ils emportent avec eux cette part immatérielle des Antilles. Un long voyage a débuté pour Madie, Roger et les autres personnages. Leurs histoires n’appartiennent déjà plus à l’auteure martiniquaise. Elles font partie de tous ceux qui les ont lues et les raconteront. 

Du livre aux salles de classe

Pour préparer la venue de Fabienne Kristofic dans une classe de maternelle ou primaire, la maîtresse et les élèves lisent le livre ensemble. Chacun prépare ses questions à poser à l’auteure. Après les incontournables : « Comment on écrit un livre ? » « Comment on devient auteur ? » et les interrogations plus précises sur l’un des thèmes du livre, l’auteure lit le livre devant la classe, en créole, et la maîtresse en français. L’auteure organise également des ateliers « Autour du jardin avec Madie » où recréant les conditions de sa propre enfance, elle, « la fille de la campagne », permet aux enfants et aussi aux adultes de découvrir, nommer, commenter et observer les fruits et légumes locaux. Ou comment, à partir d’un livre pour enfant, de quelques pages et péripéties, la culture et le patrimoine des Antilles sont mis à la portée de tous.

Jean Palom

Retrouvez nos magazines en ligne en cliquant sur le lien suivant ici
ou abonnez-vous pour les recevoir au format numérique en cliquant ici

Vous aimerez aussi

Nos derniers articles

Retrouvez l’essentiel
de votre magazine Anform,
en vous inscrivant
à la newsletter.

Dans la même rubrique

Nos derniers articles

Brèves SIDA

Sida : la lutte freinée par les crises mondiales

La pandémie de Covid-19, la guerre en Ukraine, la crise économique
Fillette qui fait les premiers gestes de secours

Apprenez-leur les gestes qui sauvent !

Il n’y a pas d’âge pour apprendre les gestes qui sauvent.
L’équilibre acide-base

L’équilibre acide-base

Vous vous sentez fatigué, stressé, mal dans votre peau ? L’acidité de
lotion démaquillante groseille pays grosey hibiscus

Lotion démaquillante à la groseille-pays

Pour un visage plus que parfait, fabriquez votre lotion démaquillante à
PUB-Anform-post-dernier-numero-Guide-Senior-2022-2023

Recevez votre magazine
au format numérique !

Le dernier numéro
est arrivé