fbpx Skip to content

> Comment faire son deuil en temps de Covid ?

Comment faire son deuil en temps de Covid ?

Faire son deuil covid
Shutterstock

Avec les restrictions sanitaires, les obsèques sont limitées au cercle proche du défunt, les veillées sont interdites, retardant parfois le processus de deuil. Deux psychologues nous livrent quelques pistes pour traverser cette épreuve douloureuse.

« Le deuil est un processus normal et nécessaire marqué par plusieurs étapes », commence Christine Moustapha, psychologue. Il y a le déni, la colère et la culpabilité, le marchandage, parfois l’état dépressif et l’acceptation. Cinq phases, pas forcément chronologiques, élaborées par la psychiatre Élisabeth Kübler-Ross dans les années 1960, qui varient en fonction des personnes.

Réapprendre à vivre

Depuis plus d’1 an, les restrictions sanitaires et le climat anxiogène liés à la crise sanitaire retardent le processus du deuil. « Réapprendre à vivre sans la personne, quand le Covid est toujours là, est très difficile », commente la psychologue. Le virus emporte parfois les malades de manière très soudaine. Le choc, première phase du processus, est alors plus difficile et plus long. La maladie est si brutale qu’elle peut toucher plusieurs membres d’une même famille en même temps. Les personnes endeuillées subissent les symptômes plus ou moins graves de la maladie et doivent, en plus, « faire face à la perte du proche, sans pouvoir assister à l’enterrement. La période de sidération et de déni est alors beaucoup plus longue. Et quand les émotions émergent, la colère et la culpabilité deviennent plus prégnantes », explique Christine Moustapha, qui intervient en soins palliatifs en hospitalisation à domicile.

Offrir un cadeau

assumer son deuil et matérialiser l’absence avec des fleurs, une stèle

Pour sortir du déni, la spécialiste propose différentes façons de « s’accrocher » aux petits plaisirs de la vie : « observer les arbres, écouter les bruits, regarder ses enfants respirer… Au début, les personnes sont en mode « survie ». Certaines ne mangent plus. Ces petites actions permettent de reprendre goût, pour passer de la survie à la vie. » Lorsqu’arrivent les questionnements (« Pourquoi est-il mort, mais pas moi ? L’ai-je contaminé ? »), Nick Dorlipo-Soupremanien, psychologue clinicienne au service HAD du CHU de la Guadeloupe, invite à user de la parole. « Il ne faut pas garder les choses pour soi, suivre une thérapie si besoin pour éloigner les pensées erronées », pour ensuite « assumer et matérialiser l’absence avec des fleurs, une stèle… » C’est ce qu’elle appelle « offrir un cadeau au mort ». Selon Nick Dorlipo-Soupremanien, les personnes qui s’investissent dans l’action humanitaire et luttent pour que cela ne se reproduise plus, « allègent un peu le fardeau de la culpabilité ».

Même à distance

Dans le deuil, Nick Dorlipo-Soupremanien rappelle la nécessité des rituels : « L’inhumation ou la crémation, c’est la matérialisation de la séparation du monde des vivants et celui des morts. La veillée, quand elle est autorisée, a aussi une fonction psychique. Le fait de répéter ce qui s’est passé est une forme de cure par la parole, pour sortir du déni. Suivre le service funéraire, se rendre sur la tombe même en visioconférence, confronte chacun à la réalité, à condition, et cela est primordial, insiste la praticienne, d’être entouré. »

Exprimer son mal-être

deuil covid Exprimer son mal-être

Ne pas assister aux cérémonies, ne pas pouvoir manifester des gestes de tendresse est très difficile, voire « impossible » pour quelques-uns des patients suivis par Christine Moustapha. « La culpabilité est décuplée. Le processus de deuil est biaisé. L’accompagnement d’un professionnel est alors, à mon sens, indispensable », annonce la psychologue. Elle a vu ses rendez-vous multipliés depuis la quatrième vague de Covid-19 en Guadeloupe. « Culpabiliser est un mécanisme de défense mis en place, car il est difficile d’exprimer ses émotions face à la disparition du proche. C’est une étape à traverser, que tout le monde ne vit pas forcément », rassure la professionnelle de santé.

Assumer ses émotions

Si certains s’expriment sur les réseaux sociaux, cela peut être une solution temporaire « sans s’enfermer dans le virtuel », préviennent les psychologues. À défaut de mieux, Christine Moustapha, privilégie le téléphone à internet, précisant que « l’interaction face à face reste le seul rapport humain valable en période de souffrance », et d’ajouter : « la communication est à plus de 80 % non verbale. » Malgré la distance imposée, le port du masque, « il est nécessaire d’accepter et d’exprimer ses ressentis. Pleurer devant l’autre, c’est une force », souligne l’intervenante en HAD. En résumé, « faire un deuil de façon normale, c’est assumer ses émotions, ses ressentis, les exprimer. Être accompagné autour de cette expression et pouvoir avancer ».

Réapprendre à respirer

deuil Réapprendre à respirer

Et s’il est délicat pour les professionnelles interrogées de donner des recommandations, tant le deuil est propre à chacun, elles sont unanimes sur la nécessité d’être entouré, accompagné par la famille, des amis, une association, un groupe de parole et si besoin un professionnel de santé. « À l’étape du marchandage, cette phase de questionnements qui permet ensuite d’accéder à l’acceptation, il y a souvent un état dépressif. Le psychologue aide à donner du sens aux ressentis, aux émotions difficiles à comprendre », précise Christine Moustapha qui livre un dernier conseil : « Réapprendre à respirer. Conscientiser la respiration aide à se relaxer, à aller mieux. »

Par Bénédicte Jourdier

Retrouvez nos magazines en ligne en cliquant sur le lien suivant ici
ou abonnez-vous pour les recevoir au format numérique en cliquant ici

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi

Nos derniers articles

WA - JUIN - PUB CHATEAU ROUGE - Serum anform magazine

Retrouvez l’essentiel
de votre magazine Anform,
en vous inscrivant
à la newsletter.

Dans la même rubrique

Nos derniers articles

Cancer, Sida… : les promesses des vaccins à ARN messager (ARNm)

Cancer, Sida… : les promesses des vaccins à ARN messager (ARNm)

Développées dans l’ombre depuis 40 ans, les thérapies à ARNm ont permis
L’échangisme pour relancer le désir

L’échangisme pour relancer le désir

Avec 15 % des Parisiens qui ont déjà vécu une expérience échangiste
Jeunes soignants en pleine pandémie Antilles Guadeloupe Martinique

Jeunes soignants en pleine pandémie

Mis en lumière par des applaudissements au cœur de la crise
J’ai testé la culotte menstruelle !

J’ai testé la culotte menstruelle !

Dernière invention en matière de protection hygiénique, la culotte menstruelle promet
PUB-Anform-post-dernier-numero-A99

Recevez votre magazine
au format numérique !

Le dernier numéro
est arrivé