fbpx Skip to content

> Le test HPV enfin remboursé !

Le test HPV enfin remboursé !

test-hpv-rembourser
Istockphoto

Depuis le 1er avril 2020, le test HPV (papillomavirus humains) est remboursé par l’Assurance maladie chez les femmes à partir de 30 ans dans le cadre du dépistage du cancer du col de l’utérus. Le prélèvement se déroule comme un frottis. Mais au lieu de faire une analyse de cellules, on réalise une analyse de virus. Cette technique a l’avantage d’être plus sensible que le frottis, qui était remboursé en première intention jusqu’à présent. La Société française de colposcopie et de pathologie cervico-vaginale se félicite de cette avancée majeure !

Faites-vous dépister !
Actuellement, toutes les femmes de 25 à 65 ans devraient se soumettre au frottis tous les 3 ans, après un résultat négatif deux fois consécutives à 1 an d’intervalle. Pour réaliser un frottis, le gynécologue, le médecin généraliste ou la sage-femme prélève des cellules du col de l’utérus avec une brossette. Ensuite, un laboratoire d’anatomocytopathologie prend en charge les cellules pour l’analyse microscopique. Enfin, si des cellules anormales sont retrouvées, un test de recherche du papillomavirus humain est proposé. Ce test HPV est un outil moderne de biologie moléculaire qui permet l’identification du virus HPV par détection de son matériel génétique (ADN ou ARN). Autre moyen de prévention : la vaccination. Il existe deux vaccins administrables chez les jeunes filles, avant le début de la vie sexuelle, qui protègent de l’infection par les génotypes 16 et 18 (pour les deux vaccins) et deux autres types d’HPV responsables des verrues génitales pour l’un d’entre eux. Un nouveau vaccin protégeant contre neuf génotypes, responsables d’environ 90 % des cancers de l’HPV, a obtenu une autorisation de mise sur le marché et devrait bientôt être disponible. Mais la vaccination ne dispense pas du dépistage puisqu’il ne protège pas contre tous les génotypes de HPV oncogènes. Le frottis reste donc indispensable !

Papilloma Virus. HPV

Le saviez-vous ?
Parmi les nombreux HPV découverts, il se distingue les HPV à bas risque, des HPV à haut risque, oncogènes, dont principalement les génotypes 16 et 18 (provoquant à eux deux 70 % des cancers du col).

(juillet/août 2020)

Retrouvez nos magazines en ligne en cliquant sur le lien suivant ici
ou abonnez-vous pour les recevoir au format numérique en cliquant ici

Laroche-posay-niacinamide

Vous aimerez aussi

Nos derniers articles

PUB-Anform-post-dernier-numero-A103

Retrouvez l’essentiel
de votre magazine Anform,
en vous inscrivant
à la newsletter.

Dans la même rubrique

Nos derniers articles

occuper ses enfants sur le trajet des vacances

Occuper ses enfants sur la route des vacances

« Quand est-ce qu’on arrive ? » Un long voyage en famille, ça se
Rimèd : le paroka

Rimèd : le paroka

C’est une plante incontournable de la pharmacopée créole ! Le paroka
Guide senior magazine anform sante bien etre question reponse

Recevez votre magazine
au format numérique !

Le dernier numéro
est arrivé