fbpx Skip to content

> Fabienne Youyoutte, artisan des saveurs

Fabienne Youyoutte, artisan des saveurs

anform magazine santé bien-être fabienne-youyoutte-Crédit Photo - Daniel Dabriou-2
Crédit Photo - Daniel Dabriou
Ses souvenirs d’enfance s’expriment à travers des créations glacées, fruitées, chocolatées. Fabienne Youyoutte, c’est une histoire de gourmandise. Une histoire de famille. Une histoire d’île.

Lorsqu’elle vient vers nous, dans sa boutique du chemin des Petites Abymes, qui fleure bon les gâteaux, le sucre et les douceurs, c’est d’un pas rapide et décidé. Tout de suite son sourire s’ouvre, rieur et généreux. Comme elle, qui offre, ravie de nous les faire découvrir, ses biscuits, confitures, glaces et confiseries. Fabienne Youyoutte est une femme aux multiples facettes. Chocolatier, pâtissier, glacier, confiseur, chef d’entreprise, épouse et maman… il faut énormément d’énergie pour mener toutes ces vies-là à la fois. Mais elle y parvient, renouvelant chaque jour, comme une sportive de haut niveau, l’exploit de mener une existence passionnée et créative. Cette vie-là, elle l’a choisie, comme une évidence, même si le hasard, avec son curieux pouvoir, s’en est mêlé.

Ce métier est-il un rêve d’enfant ?

Oui et non. Ma vocation, plus tardive, était d’être pâtissier, pas glacier. J’avais 25 ans et j’étais alors responsable d’exploitation dans un grand supermarché. J’ai postulé pour un stage de pâtisserie à la Chambre des métiers. Faute de place, on m’a orientée vers une formation de glacier. Je pensais refuser mais des amis m’ont encouragée et je suis partie à Lyon. Je gardais toujours en tête la pâtisserie, mais je me suis d’abord orientée vers la profession de glacier. J’ai suivi ensuite des formations complémentaires auprès des meilleurs. J’ai beaucoup appris. De l’un d’entre eux notamment, glacier dans la région nantaise qui possédait des vergers et des vignes. Nous choisissions là les fruits que nous allions transformer. C’était magnifique. En 2004, j’ai franchi le pas et créé mon entreprise. C’était un travail colossal, d’autant que j’occupais un poste de responsable qualité pour un grand groupe. Quand je me suis trouvée enceinte de ma fille, mon deuxième enfant, j’ai pris un congé parental. Mon mari m’a toujours soutenue et aidée et il continue à le faire. Il s’occupe beaucoup des enfants. Il est toujours présent. J’ai beaucoup de chance. Mais il m’a fallu plus de 10 ans pour me lancer. C’est difficile.

patisserie anform magazine santé bien-être

Qu’est-ce qui inspire vos créations ?

Je suis nostalgique de mon enfance. Mes parents travaillaient à Pointe-à-Pitre et nous restions chez notre grand-mère et nos tantes. Nous n’avions pas beaucoup d’argent et nous mangions des choses simples dont le goût ne m’a jamais quittée, comme de la farine de manioc avec du lait, du kilibibi, des fruits, des racines. Ce sont ces saveurs-là que je cherche à retrouver dans mes créations. Mes glaces sont mises au point selon mon goût et mes souvenirs. Généralement, elles rencontrent un vrai succès, c’est aussi parce que cela parle aux souvenirs d’enfance de mes clients… J’ai inventé une glace que j’ai appelée « coco la veuve », parce que la coco y est mélangée avec la patate douce violette (patate betterave), une glace au chocolat piment, mais aussi zéb à fè, ou encore moringa, une plante aux nombreuses vertus. Il est très important de ne pas oublier ses racines. Elles sont ma force et ma richesse. Mon mari et moi veillons à ce que nos enfants soient baignés dedans. Quand je commence à travailler avec tel produit ou tel autre, je suis incapable d’expliquer pourquoi. Je me laisse guider complètement. C’est un peu comme s’il y avait une autre Fabienne à l’intérieur de moi qui prenait les rênes ! C’est un sentiment très particulier.

Comment faites-vous pour tenir le coup dans cette vie trépidante ?

Fabien youyoutte anform magazine santé bien-être
Crédit Photo - Daniel Dabriou

Pour mener des journées aussi remplies, il faut une hygiène de vie irréprochable. Tous les matins, je prends de la spiruline, je mange très sainement, essentiellement des produits locaux, ignames, aubergines noires, beaucoup de poissons, du chat, de la dorade mais aussi beaucoup de crudités. Je me fais des salades de moringa. Mon plat préféré, c’est dombré-lambi ou encore riz-morue et pois. Pour les réaliser, je peux compter sur ma maman ! J’essaie de faire un peu de sport, du vélo chez moi, mais j’avoue que je n’ai pas toujours le temps et le courage de faire mes séances ! Ma journée commence à 4 h 30 toute la semaine et c’est un rythme très soutenu. Le soir, je suis épuisée et je n’ai aucun problème de sommeil !

Êtes-vous une femme heureuse et accomplie ?

Oui, mais pas totalement. J’ai une famille extraordinaire qui me soutient de manière inconditionnelle et m’apporte beaucoup de joie. J’ai énormément travaillé depuis plus de 10 ans pour que mon entreprise voit le jour et se développe. Aujourd’hui, mes créations ont du succès, et il y a la queue devant ma boutique, mais je suis toujours la même, je n’ai pas changé. Je ne suis pas encore arrivée là où je voudrais être et j’ai un rêve qui ne s’est pas encore réalisé. Je souhaiterais que nos saveurs, nos richesses locales soient valorisées à l’international. Les grands chefs ignorent encore l’essentiel de notre patrimoine culinaire et gastronomique, gustatif et naturel. C’est un objectif pour moi.

Les petits trucs de Fabienne 

igname anform magazine santé bien-être
Son remède miracle 

La patate douce violette râpée, dans du rhum puis mise au soleil, en cas d’intoxication, mais aussi pour beaucoup d’autres indications. D’une manière générale j’essaie d’utiliser des remèdes naturels, des feuillages, des thés. Je ne consulte le médecin qu’en dernier recours.

massage pied anform magazine santé bien-être

Son truc détente 

Un massage des pieds le soir, mais pas n’importe lequel : réalisé par Fidel, mon mari, c’est la détente absolue. Je ne peux vous dire ce qu’il met dans l’huile, mais il sait y faire. Je n’ai pas besoin de plus !

beauté accessoires anform magazine santé bien-être

Ses moments pour elle 

Quand j’ai un petit moment, j’essaie de m’occuper un peu de moi. Pas de manucure, avec mon métier, ce n’est pas possible, mais la pédicure oui ! Et dès que je peux, j’essaie d’aller à l’école chercher mes enfants. J’aime aussi cuisiner pour eux, des pavés de poissons poêlés avec des petites purées d’igname, de giraumon… Mais le plus souvent, c’est leur papa qui assure !

Retrouvez nos magazines en ligne en cliquant sur le lien suivant ici
ou abonnez-vous pour les recevoir au format numérique en cliquant ici

Laroche-posay-niacinamide

Vous aimerez aussi

Nos derniers articles

PUB-Anform-post-dernier-numero-A103

Retrouvez l’essentiel
de votre magazine Anform,
en vous inscrivant
à la newsletter.

Dans la même rubrique

Nos derniers articles

occuper ses enfants sur le trajet des vacances

Occuper ses enfants sur la route des vacances

« Quand est-ce qu’on arrive ? » Un long voyage en famille, ça se
Rimèd : le paroka

Rimèd : le paroka

C’est une plante incontournable de la pharmacopée créole ! Le paroka
Gommage capillaire

Faut-il faire un gommage capillaire ?

Un nouveau soin naturel des cheveux fait des émules. C’est le
Peau : je craque pour la chantilly mangue/karité

Peau : je craque pour la chantilly mangue/karité

La chantilly de beurre végétal, c’est le compromis parfait entre une
Guide senior magazine anform sante bien etre question reponse

Recevez votre magazine
au format numérique !

Le dernier numéro
est arrivé