fbpx Skip to content

> Le vétiver lutte contre l’érosion des sols

Le vétiver lutte contre l’érosion des sols

Multiplication du Vétiver en pépinière (SMSE)
SMSE

Source d’inspiration, le vétiver est très utilisé en parfumerie et en cosmétologie ou encore sous forme d’huile essentielle pour ses bienfaits sur la digestion et la circulation. Mais saviez-vous que cette plante est une arme de taille pour protéger les sols ? Rencontre avec Alexandre Cailleau, géologue au sein de la Société des mines de Saint-Élie de Guyane (SMSE).

Comment présenter le vétiver ?

Racines de Vétiver (SMSE)

De la famille des Poacées (graminées), le vétiver est une herbacée tropicale très résistante, pouvant atteindre jusqu’à 2 m de haut. Ses feuilles sont étroites et rugueuses et ses racines peuvent aller jusqu’à 6 m de profondeur. Elle s’adapte bien aux sols pauvres, et se multiplie rapidement par boutures et à faible coût. Ses graines, stériles, la rendent non invasive. Elle est connue principalement pour les fragrances de ses racines utilisées en parfumerie. Cependant, elle dispose de nombreuses autres vertus : traitement des eaux usées domestiques, amélioration de la production agricole et de sa fertilisation, effet barrière contre les insectes, effet brise-vent et surtout lutte contre l’érosion des sols. 

Quels sont ses effets sur l’érosion des sols ?

Récolte de paillage de feuilles de Vetiver (SMSE)

Le vétiver a un double effet. En profondeur, il sécurise le sol grâce à ses racines très puissantes, épaisses et profondes. En surface, il augmente la rugosité grâce à son feuillage très dense et résistant qui va permettre de réduire la vitesse d’écoulement de l’eau et son pouvoir érosif.

Quels sont ses principaux domaines d’application ?

Préparation des boutures de Vetiver (SMSE)

À grande échelle, la plantation se fait en courbes de niveaux (keyline) dans les pentes, ou en bordure de thalweg (fond de vallée, NDLR), d’écoulement d’eau. Au Brésil, il est utilisé sur les plages pour lutter contre l’érosion. On pourrait très bien envisager de le planter en bordure du fleuve Maroni, par exemple. C’est une espèce clé du génie écologique.

Pourquoi avoir choisi d’en planter sur le site de Saint-Élie ? 

Le vétiver est une plante facile à multiplier et à implanter qui n’exige aucun matériel spécifique (plantoir, semoir). Il est très facile à transporter et à implanter sur les sites difficilement accessibles avec un tracteur. Il nous permet d’être autonomes dans le sens où on ne dépend pas des fournisseurs de graines d’herbacées. 

Comment avez-vous procédé ?

Nous avons effectué des recherches biographiques pour savoir quelles étaient les meilleures techniques connues pour lutter contre l’érosion des sols. Nous avons exploré le site www.vetiver.org et avons découvert qu’il s’agissait d’une plante extraordinaire pour du génie végétal. Carol Ostorero, directrice générale de la SMSE, nous a donné des boutures de son jardin pour commencer. Puis, par multiplication en pépinière dans de larges sacs, nous avons réussi à en reproduire des milliers. Sur le terrain, après avoir coupé les feuilles. On sépare les boutures, puis on les repique à la main avec du compost, ou de l’engrais organique, voire sans rien en fonction de la qualité des sols. Tout le travail se fait à la main.

Quels sont les effets observés à ce jour ?

Repiquage de vétiver en sommet de talus (SMSE)

Le site de Saint-Élie arrive au terme d’une importante phase de réhabilitation et de revégétalisation. Nous avons un très bon taux de reprise même si nous avons observé de rares blocages dans les endroits secs et très serrés. Le vétiver est très pratique à transplanter, car les boutures peuvent rester sans problème une semaine à l’ombre en attente du repiquage. Par ailleurs, nous nous servons également des feuilles comme paillage au jardin ou sous nos arbres. Elles protègent longtemps le pied des plantules, car elles mettent du temps à se décomposer. Mais nous comptons aussi beaucoup sur la biodiversité. Nous récoltons nos propres graines de plantes pionnières, car le vétiver ne fait pas de graines, nous avons notre séchoir et nos propres techniques de conservation, et même notre propre herbier qui regroupe les plantes héliophiles (qui ont besoin de beaucoup de lumière) du site. 

Plus d’infos
> Esperance Gold Mine

Par Sandrine Chopot

Retrouvez nos magazines en ligne en cliquant sur le lien suivant ici
ou abonnez-vous pour les recevoir au format numérique en cliquant ici

banniere-Concours-Furterer-anform-martinique-guadeloupe

Vous aimerez aussi

Nos derniers articles

PUB-Anform-post-dernier-numero-A104

Retrouvez l’essentiel
de votre magazine Anform,
en vous inscrivant
à la newsletter.

Dans la même rubrique

noria collagene 1 et 3

Nos derniers articles

Parents, acceptez d’êtres détestés

Parents, acceptez d’être détestés

Quand notre enfant nous rejette, difficile de rester zen et de
Connaissez-vous votre empreinte sur le climat ?

Connaissez-vous votre empreinte sur le climat ? Faites le test !

Le climat se réchauffe dangereusement, au fur et à mesure des
Qui peut vacciner ?

Qui peut vacciner ?

Pour faciliter l’accès aux soins, des mesures fortes sont prises qui
Les coiffer sans les faire souffrir

6 astuces pour les coiffer sans souffrance !

Entre cris, pleurs et supplications, la séance de coiffure de nos
magazine Guide bébé 2022 Anform martinique guyane guadeloupe réunion

Recevez votre magazine
au format numérique !

titre concours furterer

Avec ANFORM, jouez au grand jeu-concours RENÉ FURTERER. 5 lots conçus spécifiquement pour lutter contre la perte capillaire À GAGNER.

Le dernier numéro
est arrivé