fbpx Skip to content

> Réseaux sociaux : couple en danger

Réseaux sociaux : couple en danger

Réseaux sociaux : couple en danger
Shutterstock

Les réseaux sociaux font désormais partie intégrante de nos vies et ce, même dans les moments les plus intimes. Leur omniprésence est-elle une menace pour le couple ?

Richard et Valérie ont enfin pu trouver une baby-sitter pour aller dîner ensemble. Pour immortaliser ce moment tant attendu, ils font quelques selfies qu’ils s’empressent d’envoyer à leurs amis connectés. Cette scène, vous l’avez certainement vécue ou observée. Difficile d’y échapper tant les réseaux sociaux font désormais partie de notre quotidien. Facebook, WhatsApp, Twitter, Instagram… permettent à des milliards de personnes de discuter, d’échanger des documents, des photos ou encore de faire connaissance à partir de leurs smartphones, tablettes ou ordinateurs.

Pour Louis Jéhel, professeur en psychiatrie et addictologie au CHU de Martinique, « ce sont des relations virtuelles très séduisantes par leur souplesse et leur facilité de mise en œuvre ». En peu de temps, une personne se crée un réseau d’amis virtuels avec lequel elle échange des données intimes, d’elle mais aussi de son partenaire…

C’est ce que regrette Guilène. Au détour d’une conversation anecdotique avec une simple connaissance, elle apprend que son mari a posté des photos de ses enfants sur les réseaux sociaux, sans en avoir été avertie. Choquée, elle perçoit cette révélation comme une violation de son intimité. Le soir, elle s’en plaint à son mari qui minimise la situation. « La diffusion de données ou d’informations intimes peut provoquer de graves tensions dans le couple », admet le professeur Jéhel. Des tensions amplifiées si le partenaire, malgré les mises en garde, ne parvient pas à réfréner ses envies de partage.

Addiction

Certains utilisateurs de smartphones peuvent consulter plus de 200 fois leur appareil en une journée. Plus qu’un automatisme, ce comportement se rapproche dangereusement de la dépendance. Pour le docteur Jéhel, spécialiste en addictologie, quand une personne se sent incapable de ne pas être connectée pendant 48 h, on parle d’addiction. Cette dépendance aux réseaux sociaux peut avoir des conséquences négatives sur la communication au sein du couple.

En effet, les utilisateurs doivent faire un choix, intentionnel ou pas, entre le partenaire bien réel et les amis virtuels. « C’est un explosif, met en garde la sociologue Juliette Sméralda, car le réseau vous absorbe, vous éloigne du partenaire » et met en péril l’objet même de la relation, à savoir l’échange, le partage. « La situation serait encore plus dramatique chez nous », ajoute Juliette Sméralda, une société caractérisée par un manque de communication au sein du couple et de la famille. Dans ces circonstances, l’utilisation excessive des réseaux sociaux pourrait encore aggraver le délitement d’un lien social déjà fragilisé.

Jalousie, tromperie…

réseaux sociaux Jalousie, tromperie…

Plus encore, ces connexions faciles peuvent susciter de la jalousie, avance la psychologue Karine Fleury. « Le danger, c’est la surveillance au sein du couple. Comment résister à ne pas surveiller les échanges de l’autre ? » La tentation est effectivement grande d’espionner le profil Facebook de son partenaire, d’analyser les profils, les photos de ses nouveaux amis, ou encore, de remonter le fil de ses conversations. Et quelquefois, cette surveillance se révèle justifiée. C’est ce qui est arrivé à Christophe. Sa femme est tombée sur des échanges sans équivoque avec d’autres femmes sur Facebook. « Pour calmer le jeu, j’ai dû lui donner mes mots de passe pour jouer la transparence. Mais je m’arrangeais pour effacer mes conversations ambiguës. Je ne sais pas comment elle faisait, mais elle parvenait à lire les conversations malgré tout. Ça a créé de grandes tensions entre nous. Nous nous sommes même séparés quelque temps. »

Désormais, Christophe avoue utiliser avec parcimonie les réseaux sociaux quand il rentre à la maison pour éviter les querelles. Si Facebook est montré du doigt par les partenaires délaissés ou trompés, il y a pourtant bien d’autres réseaux ou sites en ligne qui jouent clairement la carte rencontre, voire de l’infidélité. Tinder ou encore Gleeden, pour ne citer qu’eux, sont des sites spécialisés qui permettent en quelques clics et avec une facilité déconcertante de trouver un ou une partenaire d’un soir. Ces sites revendiquent des millions de profils et il n’est pas rare d’y trouver des hommes ou des femmes en couple, venus tromper l’ennui d’une relation en perte de vitesse ou simplement friands d’aventures discrètes.

3 astuces pour préserver son couple

1 – Bannissez les tablettes et smartphones de la chambre à coucher. Il y a mieux à y faire…

2 – Éloignez-vous de vos téléphones aux heures des repas.

3 – Définissez ensemble les règles d’utilisation des réseaux sociaux à la maison (par exemple, choisir de ne pas poster de photos des enfants, de la famille) et conservez des moments privilégiés juste pour vous.

Par Thomas Thurar

Retrouvez nos magazines en ligne en cliquant sur le lien suivant ici
ou abonnez-vous pour les recevoir au format numérique en cliquant ici

Laroche-posay-niacinamide

Vous aimerez aussi

Nos derniers articles

PUB-Anform-post-dernier-numero-A103

Retrouvez l’essentiel
de votre magazine Anform,
en vous inscrivant
à la newsletter.

Dans la même rubrique

Nos derniers articles

occuper ses enfants sur le trajet des vacances

Occuper ses enfants sur la route des vacances

« Quand est-ce qu’on arrive ? » Un long voyage en famille, ça se
Rimèd : le paroka

Rimèd : le paroka

C’est une plante incontournable de la pharmacopée créole ! Le paroka
Gommage capillaire

Faut-il faire un gommage capillaire ?

Un nouveau soin naturel des cheveux fait des émules. C’est le
Peau : je craque pour la chantilly mangue/karité

Peau : je craque pour la chantilly mangue/karité

La chantilly de beurre végétal, c’est le compromis parfait entre une
Guide senior magazine anform sante bien etre question reponse

Recevez votre magazine
au format numérique !

Le dernier numéro
est arrivé