fbpx Skip to content

> Traditour : des équipages toujours mieux préparés !

Traditour : des équipages toujours mieux préparés !

Traditour
© Eddy Barny

Depuis la création du Traditour, compétition de voile traditionnelle, les évolutions sont nombreuses et beaucoup de compétiteurs portent désormais une attention particulière à leur forme physique et mentale d’avant course.

Elle est lointaine, l’époque où les marins s’affrontaient sur l’eau avec insouciance, sans notion scientifique de préparation. Carl Chipotel, président de l’Association nautique de Sainte-Anne (Anasa), peut en témoigner. À la fois organisateur du Traditour et patron du canot Bred/FDJ, il a été aux premières loges pour voir évoluer l’importance de la préparation physique et mentale des coursiers.

Diapositive précédente
Diapositive suivante

© Eddy Barny

Dans son équipage, la saison débute dès janvier. « Notre préparation comporte deux dimensions, physique et mentale », confie le patron de canot. « Nous axons le travail sur l’endurance et l’explosivité des groupes musculaires sollicités lors des efforts en course », ajoute-il. Les séquences hebdomadaires sont dirigées par Jérémy, leur coach sportif. La dimension psychologique, elle, constitue le « moteur de la synergie du groupe ». La promiscuité sur le canot exige une cohésion de groupe sans faille. Car, la moindre « erreur d’un équipier a un impact sur tous les autres ». Aussi, l’équipe partage des temps de détente. « Je navigue avec des amis », se réjouit Carl.

Mental d’acier

Traditour Ti bijou

Équipage Ti Bijou/Eurogold, 100 % féminin ! © Denis Guyeanon

Du côté de la MJC du Gosier, camp d’entraînement de Ti Bijou/Eurogold, c’est aussi une ambiance bon enfant qui règne. « Il y a une énorme solidarité entre les filles. Elles s’encouragent sans pudeur. Les liens sont forts », affirme Clémentine Vauchel-Camus. L’éducatrice sportive suit cet équipage 100 % féminin depuis 3 ans.

À raison de deux séances hebdomadaires, la coach prépare les compétitrices aux dures conditions du Traditour. « Elles doivent tenir des positions inconfortables durant des heures, porter du matériel lourd. Donc on travaille beaucoup les muscles profonds. » Mais Clémentine accorde aussi une place importante à la préparation mentale. Dans ses séances, figurent toujours des jeux favorisant l’entraide. L’éducatrice explique qu’ « à partir du moment où on est poussé dans ses retranchements, la fatigue provoque un décrochage. Cela fait remonter des fragilités, des séquelles éventuelles ». Et d’ajouter : « là, le mental joue à 90 % ».

Niveau d’exigence élevé

Traditour

« On n’est pas dans une course de quartier, mais dans une vraie épreuve physique et mentale. On n’arrive pas la fleur au fusil ! » Directeur de course du Traditour, Victor Jean-Noël sait combien la préparation du corps et de l’esprit à ce défi sportif est primordiale. « Nous avons un groupe WhatsApp pour échanger avec tous les patrons de canots. » Le réseau social permet de diffuser des informations sur les conduites à tenir. « On insiste sur tous les aspects : suivi médical, hydratation et alimentation », indique le directeur.

Marc Forbin, patron du canot Vito, l’a appris à ses dépens. « On a toujours eu de super bateaux, donc on n’était pas obligés d’être à 100 % physiquement », se souvient-il. Mais quand des skippers aguerris aux courses au large s’intéressent à la voile traditionnelle, le niveau d’exigence s’élève et Marc réalise le « manque d’endurance » de son équipage. Depuis, instauration de vraies séances de préparation physique, recrutement d’un triathlète pour les encadrer. De son propre aveu, « c’est le jour et la nuit ! ». Marc « remet les pendules à l’heure » et prévoit même de s’attacher les services d’un kiné préparateur sportif.

Chez Kraché difé (Groupe Gaddarkhan), au cours des 4 dernières années, l’équipage du patron Dimitri Flandrina n’a pas lésiné sur les moyens. Il s’est tour à tour attaché les services d’une diététicienne, d’un préparateur physique, d’un kinésithérapeute, d’une ostéopathe et optimise sa récupération avec des séances de cryothérapie. Pour Dimitri, « le niveau est élevé et exigeant. Il nous appartient de relever ce défi physique ».

Le Traditour 2023 se déroule du 8 au 15 juillet. Cette année, ce sont 10 étapes en 8 jours qui attendent les sportifs.

Par Boni Kwaku

Retrouvez nos magazines en ligne en cliquant sur le lien suivant ici
ou abonnez-vous pour les recevoir au format numérique en cliquant ici

banniere-dernier-numero-anform-martinique-guadeloupe-guyane

Vous aimerez aussi

Nos derniers articles

Retrouvez l’essentiel
de votre magazine Anform,
en vous inscrivant
à la newsletter.

Dans la même rubrique

Pub demie page - Sortie magazine

Nos derniers articles

Pleurotes

Ils font pousser des pleurotes !

Quel joli défi relevé par Camille et Jean-Luc ! Le couple a
Association Cyst'her

Cyst’Her, pour le bien-être menstruel

Créée pour accompagner les femmes souffrant de troubles féminins comme le
Tai chi contre Parkinson

Le taï-chi pour lutter contre Parkinson

Une nouvelle étude démontre les bienfaits du taï-chi, art martial traditionnel
Portrait Lycinais Jean

Lycinaïs Jean : « Je suis un électron libre ! »

Elle se fait appeler Lycinaïs Jean (prononcez « djine »), comme ces génies
PUB-Anform-post-dernier-numero-Guide-Senior-2023

Recevez votre magazine
au format numérique !

Le dernier numéro
est arrivé !