fbpx Skip to content

> Cahier de vacances : bonne ou mauvaise idée ?

Cahier de vacances : bonne ou mauvaise idée ?

Cahier de vacances bonne ou mauvaise idee - anform magazine antilles guadeloupe martinique guyane sante bien etre
Shutterstock

Chaque année, la même question se pose aux parents. L’achat d’un cahier de vacances pour les enfants est-il vraiment nécessaire ? Et comment être sûr de bien l’utiliser ?

Faut-il ou non faire travailler les enfants pendant juillet et août ? Ne vaut-il pas mieux les laisser se reposer, découvrir de nouvelles notions par l’expérience, privilégier les moments en famille ? Pour Sylviane Eugène, spécialiste de l’apprentissage, les cahiers de vacances sont intéressants, « à condition d’en faire un moment agréable, sans pression, favorisant les échanges avec les parents ». Elle explique comment y parvenir, en 6 points.

1. Comprendre pourquoi travailler pendant les vacances

Notre cerveau oublie rapidement les notions apprises anform magazine antilles guadeloupe martinique guyane sante bien etre

Notre cerveau oublie rapidement les notions apprises. Si votre enfant connaissait sur le bout des doigts sa leçon au moment de son contrôle de français le mois dernier, il y a de grandes chances pour qu’il ait tout oublié en août. Les neuroscientifiques sont formels : apprendre, c’est lutter contre l’oubli. « Car apprendre consiste à créer des connexions entre les neurones. Or, pour être consolidées, ces connexions ont besoin d’être réactivées régulièrement. C’est pourquoi on n’apprend jamais une notion en une fois, il faut y revenir fréquemment. Les 2 mois de vacances représentent une période beaucoup trop longue pour laisser le cerveau sans entraînement », explique Sylviane Eugène.

2. Bien choisir le cahier de vacances

Le meilleur cahier de vacances est celui que votre enfant choisit ! En fonction des couleurs, des personnages, de l’articulation des chapitres… Peu importe l’édition, car les cahiers reprennent tous les programmes de l’année scolaire précédente. Vous n’avez donc pas de crainte à avoir sur leur contenu. En revanche, il faut qu’il soit à jour, et du niveau de l’enfant. Ne commettez pas l’erreur d’acheter un cahier du niveau supérieur pour prendre de l’avance sur le programme. Car seuls les enseignants détiennent les méthodes pédagogiques pour introduire de nouvelles notions.

3. Planifier les séances de travail

Pas plus de 2 h par jour pour les adolescents, et des sessions de 20 min pour les élèves en primaire anform magazine antilles guadeloupe martinique guyane sante bien etre

Il ne faut pas oublier que votre enfant est en vacances. Évitez donc de programmer des séances de travail de 3 h, tous les jours, pendant 2 mois ! « Une des conditions de la réussite du travail pendant les vacances est son caractère convivial. Programmez les séances en fonction de vos activités, et non l’inverse. Définissez avec vos enfants le meilleur moment de la journée pour travailler, en évitant simplement l’heure de la digestion. Pas plus de 2 h par jour pour les adolescents, et des sessions de 20 min pour les élèves en primaire », conseille Sylviane Eugène. De même, il est inutile de démarrer trop tôt. Commencer en août est en général largement suffisant.

4. Accompagner son enfant

Il ne s’agit pas de laisser votre enfant tout seul face à son cahier. « Pour les petits comme pour les adolescents, je conseille aux parents de prendre le temps d’échanger avec leur enfant. S’il est en primaire, pour chaque thématique, vous pouvez commencer par lui poser des questions pour savoir si la notion est acquise ou pas. Laissez-lui le temps de trouver la réponse, sans le presser. Ensuite, il peut lire la leçon du cahier et faire les exercices… sans regarder la leçon ! S’il le faut cachez-la ou découpez-la. Avec les adolescents, discutez des matières qui leur posent problème. Incitez-les à s’interroger eux-mêmes sur les notions apprises pour vérifier leurs acquis. Ils peuvent, après ce petit travail de récupération de mémoire, démarrer leurs exercices », recommande la spécialiste.

5. Travailler… et se détendre

N’hésitez pas à alterner cahier de vacances et activités ludiques : suivre une recette, lire et mimer un conte à plusieurs avec les plus petits, faire des quizz et regarder des vidéos éducatives en ligne avec les plus grands. « Vous pouvez aussi changer de cadre, à partir du moment où celui-ci ne comporte pas d’élément perturbateur (musique, agitation…). Cela permet de rendre le moment plus agréable. »

6. Réviser et non apprendre

Les cahiers de vacances sont des outils de révision et non d’apprentissage. Si une notion n’a pas été vue en classe, notamment à cause des périodes de confinement, ne cherchez pas à rattraper le retard pris dans le programme. Ce sera le rôle de l’enseignant de combler les lacunes identifiées à la rentrée. « D’autant que les méthodes ont changé depuis vos apprentissages scolaires : vous risqueriez d’induire vos enfants en erreur. »

Dans tous les cas, les cahiers de vacances ne doivent pas être une punition et tourner au cauchemar ! Les séances doivent rester un moment convivial passé avec vous.

Par Marie Ozier-Lafontaine

Retrouvez nos magazines en ligne en cliquant sur le lien suivant ici
ou abonnez-vous pour les recevoir au format numérique en cliquant ici

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi

Nos derniers articles

WA JUIN - PUB SANOFI - Stress Resist-min-anform

Retrouvez l’essentiel
de votre magazine Anform,
en vous inscrivant
à la newsletter.

Dans la même rubrique

Nos derniers articles

Curcuma les super-pouvoirs du safran pays

Curcuma : les super-pouvoirs du safran pays

Épice indispensable à la préparation de notre colombo, le safran pays
Scolarité : de bonnes habitudes, dès la rentrée !

Scolarité : de bonnes habitudes, dès la rentrée !

C’est la rentrée. Enthousiasme pour certains, « désespoir » pour d’autres. La plupart
Virus-covid-variants-coronavirus-alpha-beta-delta-gamma

Sars-Cov-2 : comment évoluent les variants ?

De vague en vague, la pandémie va-t-elle s’éterniser ? C’est ce que
Parents-profs la bonne entente

Parents-profs : la bonne entente

Les relations entre parents-profs ne sont pas toujours évidentes. Malentendus, distance,
Guide senior magazine anform sante bien etre question reponse

Recevez votre magazine
au format numérique !

Le dernier numéro
est arrivé