fbpx Skip to content

> Êtes-vous altruiste ?

Êtes-vous altruiste ?

Êtes-vous altruiste ?
Shutterstock

« Faire du bénévolat au moins une fois par semaine procure une amélioration du bien-être équivalente à celle que vous éprouveriez si votre salaire passait de 17 000 à 64 000 € par an ! », écrit Arianna Huffington dans son livre S’épanouir : réussir sans défaillir.

Si on vous posait la question : « Êtes-vous altruiste ? », sans aucun doute, vous répondriez oui ! C’est ce qu’on appelle en psychologie la « désirabilité sociale », c’est-à-dire le désir de renvoyer à autrui la plus belle image de soi possible. Mais en toute discrétion, quand personne ne vous regarde, l’êtes-vous vraiment ? Êtes-vous cette personne qui donne un repas à ce sans-abri dans la rue ? Celle qui offre 2 € à cette dame à la caisse qui n’a visiblement plus assez de monnaie sur elle ? Êtes-vous cette personne qui s’arrête pour changer la roue de cet inconnu sur le bas-côté de la route ? Ou encore cette personne qui se lève un dimanche à 7 h pour aller ramasser les déchets laissés par des individus peu soucieux de la nature ?

Donner sans rien attendre

Pour beaucoup de gens, les actes altruistes sont perçus comme étant des sacrifices. « Si je t’accorde mon après-midi pour ton déménagement, je n’aurai plus le temps de faire mes propres affaires ! » « Si je te donne de l’argent, alors je n’en aurai plus pour moi ! » Mais les véritables altruistes vont au-delà de l’aspect sacrificiel. Leur but est d’accroître le sentiment de bien-être de l’autre. Ils sont capables de donner sans rien attendre en retour.

Pour eux, l’empathie est une valeur personnelle importante. Donner est un phénomène présent partout dans le monde, dans toutes les cultures, quel que soit le statut social ou l’âge. Cela permet d’établir une connexion avec l’autre et il existe différentes façons de faire des dons (attention, temps, énergie, compétence, argent). Cela peut aller jusqu’à transmettre son savoir et ses connaissances pour le bien-être des futures générations, c’est la « générativité ».

En donnant de bon cœur, les véritables altruistes y gagnent beaucoup plus que ceux qui agissent par égoïsme, individualisme (ou par altruisme motivé par l’égoïsme).

5 actions pour développer son altruisme

– Être à l’écoute d’un ami. Demandez-lui comment s’est déroulée sa journée et réagissez à ce qu’il répond avant d’enchaîner sur le récit de votre propre journée.

– Aider un ami ou un voisin malade. Apportez-lui de la soupe, occupez-vous des tâches ménagères qu’il ne peut effectuer car il est alité.

– Consacrer du temps à quelqu’un d’autre.

– Donner. Lorsque quelqu’un fait un compliment sur un objet dont vous n’avez plus besoin, donnez-le-lui, tout simplement.

– S’engager comme bénévole. l’Université de Toronto.

Source : Tayyab Raschid, psychologue et chercheur à l’Université de Toronto.

Donner de l’argent

Généralement, les fêtes de fin d’année donnent des ailes ! Les lumières, les repas, les cadeaux… Les gens sont plus enthousiastes, plus joyeux et, du coup, ils donnent et aident plus que le reste de l’année. C’est ce sentiment de bonheur qui pousse à donner davantage aux autres. Les études ont montré que plus on se sent heureux, plus on a des comportements d’aide. Et la réciproque est aussi vraie. Plus on aide et plus on se sent heureux. C’est un cercle vertueux.

Par exemple, les Américains Elizabeth Dunn et Michael Norton, tous deux professeurs de psychologie à l’université, ont démontré que le fait de dépenser de l’argent pour les autres procure un sentiment de bien-être supérieur au bien-être ressenti en dépensant cet argent pour soi-même. De plus, de nombreuses études démontrent que les actes altruistes ont un effet bénéfique sur la santé physique et mentale. Par exemple, les personnes atteintes de cancer qui offrent un soutien téléphonique à une autre personne malade, présentent des taux d’amélioration de leurs troubles supérieurs aux autres patients. Le fait d’être bénévole, quel que soit l’âge, permet de réduire la souffrance psychique.

Chez les adolescents et les jeunes adultes, les actes altruistes engendrent moins de dépression et de suicides. Chez les personnes âgées, on observe une satisfaction de vie plus élevée, un désir de vivre plus élevé, moins de symptômes anxieux et dépressifs et un taux de mortalité plus faible.

Donner du sens à sa vie

altruiste Donner du sens à sa vie

Pourquoi être altruiste rend plus heureux ? Reprenons l’exemple du bénévolat. En faisant partie d’une association, vous rencontrez de nouvelles personnes, vous échangez avec elles, et c’est ce lien social qui augmente le sentiment de bien-être.

Mais ce n’est pas simplement l’aspect social qui rend plus heureux. Lorsque vous adhérez à une association, vous choisissez celle qui vous correspond le mieux, vous choisissez quelles compétences vous allez mettre au service des autres, ce qui vous donne un sentiment de contrôle.

Ensuite, le fait de donner signifie pour vous que vous avez les ressources suffisantes et vous éprouvez un sentiment de valeur. Et si vous agissez de votre propre chef, et que vous faites quelque chose en accord avec vos valeurs, vous aurez un sentiment de cohérence, ce qui vous permet d’apporter du sens à votre vie, qui est, rappelez-vous (anform A92), le besoin ultime de l’être humain. Il fait partie des cinq clés du bonheur selon la psychologie positive. C’est ce tout (appartenance à un groupe, sens, valeur et contrôle) qui vous permet de ressentir davantage de bien-être.

altruiste  Test : Êtes-vous altruiste ?  
Voici quelques portraits de personnes. Indiquez, pour chaque portrait, jusqu’à quel point cette personne est comme vous ou différente de vous.

Cette personne accorde de l’importance au bien-être des autres et fait régulièrement des choses pour cela.

Cette personne pense qu’il est important d’aider les autres à s’épanouir et elle aime le faire régulièrement.

Cette personne respecte les autres, leur porte attention et elle est généreuse.

Cette personne peut aider quelqu’un en difficulté sans attendre quelque chose en retour.

Cette personne peut aider quelqu’un en difficulté même si cela doit lui coûter en temps et en argent.

Cette personne aide régulièrement autrui loin du regard et sans que cela se sache.

Cette personne est altruiste.

Par Jenny Ronel

Retrouvez nos magazines en ligne en cliquant sur le lien suivant ici
ou abonnez-vous pour les recevoir au format numérique en cliquant ici

banniere-Concours-Furterer-anform-martinique-guadeloupe

Vous aimerez aussi

Nos derniers articles

PUB-Anform-post-dernier-numero-A104

Retrouvez l’essentiel
de votre magazine Anform,
en vous inscrivant
à la newsletter.

Dans la même rubrique

Nos derniers articles

Parents, acceptez d’êtres détestés

Parents, acceptez d’être détestés

Quand notre enfant nous rejette, difficile de rester zen et de
Connaissez-vous votre empreinte sur le climat ?

Connaissez-vous votre empreinte sur le climat ? Faites le test !

Le climat se réchauffe dangereusement, au fur et à mesure des
Qui peut vacciner ?

Qui peut vacciner ?

Pour faciliter l’accès aux soins, des mesures fortes sont prises qui
Les coiffer sans les faire souffrir

6 astuces pour les coiffer sans souffrance !

Entre cris, pleurs et supplications, la séance de coiffure de nos
PUB-Anform-post-dernier-numero-Guide-Senior-2022-2023

Recevez votre magazine
au format numérique !

titre concours furterer

Avec ANFORM, jouez au grand jeu-concours RENÉ FURTERER. 5 lots conçus spécifiquement pour lutter contre la perte capillaire À GAGNER.

Le dernier numéro
est arrivé