fbpx Skip to content

> Trop de sport tue le sport ?

Trop de sport tue le sport ?

Trop de sport, tue le sport.
Getty Images

Une pratique trop intensive peut-elle avoir des effets nocifs sur la santé ? Quel niveau de pratique ? Quels sports ? Quels effets (système immunitaire, blessures, libido, vie sociale…) ? Éclairages.

1 – L’accident cardiaque

Trop de sport, tue le sport.

Chaque année, l’effort provoque le décès brutal de 1 500 sportifs ! La cause en est la mort subite dont le mécanisme est lié, dans 85 % des cas, à une maladie coronarienne (pour laquelle il y a des sujets à risque qu’il faut dépister). L’exercice physique peut se montrer aussi redoutable pour les vaisseaux sanguins. Á l’effort maximal, les plus petits peuvent se rompre en cas d’anomalie vasculaire ou d’hypertension artérielle méconnue.

2 – Les blessures 

Trop de sport, tue le sport.

Au-delà d’un entraînement quotidien, le risque de blessure est exponentiel. Et ce, encore plus dans les sports où les chocs font partie intégrante de l’activité. Le rugby par exemple, sport de combat collectif. Idem pour le handball, le football, le basketball où les percussions sont quotidiennes.

3 – L’arthrose

Trop de sport, tue le sport.

L’accumulation de contraintes mécaniques dans des sports traumatisants comme le ski, le tennis, le judo provoquent des fractures de fatigue, une probable usure prématurée des cartilages qui mène à l’arthrose, ou une rupture ligamentaire comme les ligaments croisés. Un grand classique chez les joueurs de tennis ou les skieurs ! La rupture du tendon d’Achille chez les coureurs à pied est aussi très courante.

Quels sont les signes ? 

Une charge d’entraînement trop importante par rapport à vos capacités provoque une fatigue profonde. En situation de détresse, votre corps sécrète des hormones du stress qui entraînent une défaillance dans la rétroaction du système de régulation du stress, essentiellement au niveau de l’axe HPS (hypothalamo-pituito-surrénalien). Ensuite, la régulation hormonale et immunologique, le système cardiovasculaire, le métabolisme et le système nerveux central ainsi que le système nerveux autonome sont sévèrement impactés et vous vous sentez fatigué en permanence, sans espoir de récupérer d’une séance à l’autre. Plus vous vous entraînez, plus vos performances baissent à cause de cette fatigue qui ne vous quitte plus. Le repos total s’impose, ainsi qu’un bilan biologique pour identifier vos carences.

4 – Les problèmes digestifs

Trop de sport, tue le sport.

Lors d’un effort d’endurance très prolongé comme lors d’un marathon ou d’un ultra-trail, les problèmes gastriques sont fréquents. Les chocs provoqués par la répétition des impacts au sol à chaque foulée sont à l’origine de saignements du tube digestif. Ils peuvent également aboutir à des diarrhées.

5 - Les problèmes hormonaux

Dans les sports d’endurance, l’irrégularité du cycle menstruel chez les femmes, voire sa disparition pure et simple pendant des mois, est très courante. Chez les hommes, une pratique trop intensive fait baisser les taux de testostérone et d’hormone de croissance, avec pour conséquence, une baisse de la libido. Entre une sortie de 7 h pour un entraînement « choc » et sa sexualité, l’ultra-traileur devra choisir !

6 – Les capacités cérébrales

Trop de sport, tue le sport.

Une étude récente réalisée par des scientifiques (de l’Institut du cerveau et de la moelle épinière de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, en collaboration avec l’Insep, ainsi que l’Agence française de la lutte contre le dopage (AFLD)) a démontré qu’un entraînement trop intense nuirait à nos capacités cérébrales. Trop de sport provoquerait donc une réduction de l’activité du cortex préfrontal latéral, région clé pour le contrôle cognitif, et favoriserait les comportements impulsifs. Ces travaux ont été publiés dans la revue Current Biology. Et que dire des risques d’hémorragie lors des combats de boxe ou du jeu de tête en football ?

7 - L’isolement

Trop de sport, tue le sport.

Certains sportifs comme les triathlètes sont tellement obsédés à augmenter leur volume d’entraînement qu’ils se coupent d’une vie sociale et tombent dans le triptyque : natation-course à pied-cyclisme, boulot, dodo. Adieu les sorties entre potes, car demain matin, 6 h, une nouvelle séance d’entraînement les attend.

Le dos des athlètes mis à rude épreuve !

La spondylolyse, fracture de fatigue de l’arc osseux à l’arrière des vertèbres, se retrouve chez 3 % des sédentaires, contre 9 % des tennismans et 30 % des gymnastes. Par ailleurs, 68 % des judokas souffrent d’ostéochondrose vertébrale, cette douleur aiguë des os situés à l’avant des vertèbres. Idem pour les hernies discales. Un volleyeur sur deux souffre d’une hernie ou d’un écrasement discal, mis en évidence par IRM.

Par Bruno Coutant, professeur de sport au Creps Antilles-Guyane

Retrouvez nos magazines en ligne en cliquant sur le lien suivant ici
ou abonnez-vous pour les recevoir au format numérique en cliquant ici

banniere-dernier-numero-anform-martinique-guadeloupe-guyane-Mon jardin creole

Vous aimerez aussi

Nos derniers articles

dernier-numero-anform-martinique-guadeloupe-guyane

Retrouvez l’essentiel
de votre magazine Anform,
en vous inscrivant
à la newsletter.

Dans la même rubrique

dernier-numero-anform-martinique-guadeloupe-guyane

Nos derniers articles

Ehpad : les lapins font des heureux !

Éhpad : les lapins font des heureux

Les adhérents d’une maison de retraite participent ce matin à une
1000 maisons

La maison des 1 000 premiers jours fait ses premiers pas

La Maison des 1 000 premiers jours est un dispositif gratuit
Grossesse : soulager les pieds enflés

Grossesse : j’ai les pieds gonflés

Pourquoi les pieds ont-ils tendance à enfler pendant la grossesse ?
Pics de glucose : quels effets sur la santé ?

Pic de glucose : quels effets ?

Un pic de glucose entraîne un pic d’insuline, suivi d’une chute
pub-carre-Anform-dernier-numero-Mon-jardin-creole

Recevez votre magazine
au format numérique !

Le dernier numéro
est arrivé !