fbpx Skip to content

> Karine Baste-Régis : « Je suis une femme de challenge »

Karine Baste-Régis : « Je suis une femme de challenge »

Karine Baste-Regis journal 20h - © Delphine GHOSAROSSIAN - FTV
© Delphine GHOSAROSSIAN - FTV

À 39 ans, Karine Baste-Régis s’est fait une belle place dans le paysage audiovisuel français. Présentatrice joker du 20 h sur France 2, la Martiniquaise tient aussi les rênes de l’émission Ça fait l’actu sur Franceinfo. Elle se livre avec naturel sur son quotidien.

« Ma vie est une histoire de hasards », confie-t-elle d’entrée. Celle qui a gravi de nombreux échelons depuis 17 ans, de RFO au journal de France 2, garde la tête froide et explique son ascension par certains hasards de la vie. Elle admet tout de même que sa rigueur, l’amour de son métier, sa spontanéité et son goût prononcé pour les challenges ont joué un rôle important dans sa carrière. La Foyalaise affirme aussi qu’elle n’oublie jamais d’où elle vient et ce que son île lui a apporté. Aujourd’hui parisienne, elle ne sait pas de quoi demain sera fait, mais est sûre d’une chose : elle avance avec enthousiasme vers les opportunités de la vie.

La famille, son socle

Karine Baste-Régis est la petite dernière d’une fratrie de cinq sœurs. « Petite, j’étais autoritaire et volcanique. Même si, au fond, j’étais (et je suis toujours) une vraie timide. J’étais curieuse de tout et je voulais toujours avoir raison ! », se souvient-elle. Soudées, les sœurs s’entendent extrêmement bien et partagent encore aujourd’hui fous rires, confidences et soutien indéfectible. « Elles sont très importantes dans ma vie, nous sommes comme les cinq doigts de la main. » Les parents sont exigeants avec leurs filles et leur transmettent les valeurs du travail, du respect d’autrui et un esprit critique à toute épreuve. Chez les Baste, rien n’est jamais acquis et chacun doit savoir se remettre en question. « Nous avons grandi sur un terrain familial, entourées de nos cousins, cousines, oncles et tantes. Un véritable clan, dont les membres se soutiennent, quoiqu’il arrive. Je dois beaucoup à cette enfance choyée et équilibrée. »

Saisir sa chance

Le journalisme n’est pas une vocation pour Karine Baste-Régis. Celle qui souhaite au départ devenir juge, mais déteste apprendre par cœur, entre finalement à l’Esra, école d’audiovisuel à Nice, comme une de ses grandes sœurs. Elle y prend goût et, à la sortie de l’école, effectue un stage à RFO, en 2003. Elle ne s’arrêtera plus. Après son stage, elle repart dans l’Hexagone, est pigiste pour Cannes TV. 1 an plus tard, RFO lui confie le bureau de Saint-Martin et de Saint-Barth. « C’est là que j’ai tout appris de mon métier. Je gérais tout : les reportages, le montage, les commentaires. » Elle revient ensuite en Martinique, présente le Tour des yoles, puis l’émission Caraïbe. « Un jour, mon rédacteur en chef m’annonce que le présentateur et son joker sont malades, et qu’il ne souhaite pas prendre l’antenne. Me voilà propulsée sur le plateau du JT du soir ! » Elle réalise ensuite des reportages-investigations pour l’émission Caméra directe, présente le magazine Résonance.

En 2016, de passage à Paris pour les besoins d’une émission, elle croise dans l’ascenseur le directeur de Franceinfo. « Il m’annonce qu’il souhaite que j’intègre l’équipe d’une nouvelle chaîne. Je n’ai pas réfléchi, j’ai foncé. Ce fût quatre années très intenses de présentation de la Matinale sur Franceinfo, avec le démarrage de ma journée à 2 h 30. Puis j’ai enchaîné avec Télématin, sur France 2, tout en étant joker pour le journal de 13 h. Jusqu’à l’année dernière, où le directeur de l’information de France Télévisions m’a proposé d’être le joker du journal de 20 h. Là encore, j’ai saisi ma chance ! En parallèle, je présente depuis la rentrée l’émission Ça fait l’actu, sur Franceinfo. »

© Delphine GHOSAROSSIAN - FTV

Son moteur : l’adrénaline

Sur les plateaux du JT de 20 h et de Ça fait l’actu, la journaliste a carte blanche. « J’ai été choisie pour mon professionnalisme, ma rigueur, mais aussi pour ma spontanéité et mon style direct. Je ne rentre dans aucun moule ! ». Rien ne motive plus la journaliste que les challenges. « J’aime la nouveauté, les expériences, les imprévus. Je ne suis pas sujette au stress, alors les couacs ne me font pas peur, au contraire ! » Comme le mois dernier, quand, alors qu’elle reçoit quatre médaillés aux JO, elle s’adresse au volleyeur pour lui parler de… basket. Oups ! « Nous avons éclaté de rire, et continué ! Ce genre d’événement me stimule, car il faut se surpasser pour rattraper la situation. » Si Karine Baste-Régis est sereine, c’est qu’elle s’implique corps et âme. « Je me rappelle le lancement de la chaîne Franceinfo, pour laquelle je présentais le premier journal. Tous les yeux étaient rivés sur moi, tout le monde stressait. Moi, je chantonnais juste avant de rentrer sur le plateau ! » Celle qui ne regarde jamais les audiences ne se laisse pas impressionner si facilement.

Escapades

Quand on demande à Karine Baste-Régis si être maman avec un tel rythme est difficile, elle rit. « Je ne peux pas dire que c’est simple tous les jours, mais mon fils de 7 ans est un amour. Il est très facile à vivre. Notre duo fonctionne à merveille au quotidien. » Son secret : impliquer son fils dans son métier, lui expliquer le sens de son travail, lui raconter ses journées, lui demander son avis… « Il connaît mes horaires par cœur ! » Elle s’organise pour passer des moments de qualité avec lui, leur planifie des escapades le week-end, écoute de la musique avec lui. « Et je lui parle créole tous les jours ! Il est tellement fier d’être Martiniquais. C’est important pour moi de conserver ce lien avec notre île et le reste de la famille. Nous rentrons d’ailleurs très régulièrement. Je suis très attachée à mes racines. »

Carpe diem !

Karine Baste-Régis sur le plateau du JT de 20 h de France2 - © Delphine GHOSAROSSIAN - FTV
© Delphine GHOSAROSSIAN - FTV

« Je n’aurais malheureusement rien à vous dévoiler comme secret de beauté ou astuce pour être en forme ! Le confinement a d’ailleurs eu raison de ma routine sportive. Je garde néanmoins une saine habitude : je dors beaucoup, je suis une vraie marmotte ! » Gourmande de la vie comme des bons petits plats, Karine Baste-Régis aime tester les bonnes adresses de restaurants et passe des heures dans sa cuisine quand elle reçoit. Et pour elle, chaque repas est sacré, du petit-déjeuner au dîner ! « Mais pour être honnête, le vrai secret de mon énergie réside dans mon leitmotiv : Carpe diem ! Je vis le moment présent, je fonctionne à l’instinct. J’assume aussi ce que je suis : une femme, une Martiniquaise, une bosseuse. Ça me porte. Je ne sais pas où je serai demain, mais j’y serai à 100 % ! »

Retrouvez nos magazines en ligne en cliquant sur le lien suivant ici
ou abonnez-vous pour les recevoir au format numérique en cliquant ici

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi

Nos derniers articles

Anform pub Lynx

Retrouvez l’essentiel
de votre magazine Anform,
en vous inscrivant
à la newsletter.

Dans la même rubrique

Nos derniers articles

Cancer, Sida… : les promesses des vaccins à ARN messager (ARNm)

Cancer, Sida… : les promesses des vaccins à ARN messager (ARNm)

Développées dans l’ombre depuis 40 ans, les thérapies à ARNm ont permis
L’échangisme pour relancer le désir

L’échangisme pour relancer le désir

Avec 15 % des Parisiens qui ont déjà vécu une expérience échangiste
Jeunes soignants en pleine pandémie Antilles Guadeloupe Martinique

Jeunes soignants en pleine pandémie

Mis en lumière par des applaudissements au cœur de la crise
J’ai testé la culotte menstruelle !

J’ai testé la culotte menstruelle !

Dernière invention en matière de protection hygiénique, la culotte menstruelle promet
Guide senior magazine anform sante bien etre question reponse

Recevez votre magazine
au format numérique !

Le dernier numéro
est arrivé