fbpx Skip to content

> La délicieuse famille des annonacées

La délicieuse famille des annonacées

La délicieuse famille des annonacées
Getty Images

La pomme cannelle, le corossol, le cœur de bœuf, le cachiman, l’atemoya, l’abriba, la chérimole… font partie de la famille des annonacées qui compte environ 2 500 espèces et plus de 130 genres répartis principalement dans toute la zone tropicale et subtropicale.

Le genre annona compte à lui seul plus de 150 espèces ! Cependant, certains genres sont cultivés dans la zone tempérée, comme l’asimia (Asimia trilobata), originaire des États-Unis et du Sud-Est canadien, et dont les fleurs à six pétales impressionnent par leur couleur rouge foncé lie-de-vin. Deux autres genres inattendus sont repérés çà et là en Martinique. Leurs silhouettes ou leurs floraisons originales peuvent surprendre l’amateur. Cette famille présente des intérêts ornementaux, gastronomiques et pharmaceutiques. Seules cinq espèces du genre annona sont actuellement représentées en Martinique.

Avant toute utilisation médicinale des plantes, il est conseillé de consulter son pharmacien.

L’ylang-ylang

ylang-ylang annonacées

Aux Antilles, une annonacée originale est l’ylang-ylang (Cananga odorata), originaire d’Asie du Sud-Est et dont la fleur jaune dorée en forme d’étoile dégage un parfum épicé, entêtant et proche du jasmin de nuit de nos jardins (Cestrum nocturnum, solanacées). Après distillation, les fleurs produisent une huile essentielle très prisée en parfumerie. Cette dernière a également des propriétés anti-stress, calmante et relaxante en application sur des parties précises du corps. Elle est utilisée pour revivifier la peau et les cheveux. Ce serait un stimulant pour l’appétit. Elle est largement cultivée à Madagascar, principalement sur l’île de Nosy Be, appelée « l’île aux parfums ». La production d’ylang-ylang de Madagascar représente 25 % de la production mondiale !

L’arbre fantôme

Polyalthia longifolia annonacées

Moins connus, quelques rares spécimens de l’arbre fantôme (Polyalthia longifolia), également originaire d’Asie du Sud-Est, sont visibles dans des jardins privés.

C’est un arbre remarquable par son fût élancé dont les feuilles retombantes évoquent la silhouette du saule pleureur (Salix babylonica, salicacées) dont est extrait l’acide salicylique, un anti-inflammatoire que l’on retrouve dans certains médicaments. Planté en isolé, il est du plus bel effet. Et, en alignement, il fait office de brise-vent.

La pomme cannelle

Annona squamosa Pomme cannelle

Aux Antilles, la pomme cannelle (Annona squamosa) est la plus populaire et la plus consommée de la famille des annonacées, en compagnie du corossol. Elle est appelée zatte sur l’île de La Réunion. Il existe plusieurs coloris de ce fruit. Sa peau est composée d’écailles recouvertes d’une pruine et rappelle une pomme de pin, d’où son nom vernaculaire. La plante s’est naturalisée dans les zones sèches du Sud de la Martinique, surtout entre Les Anses-d’Arlet et Le Diamant. La texture de sa chair est crémeuse et sucrée, au léger goût de cannelle. De ses nombreuses graines noires, est extraite une huile employée contre les parasites agricoles. Il semblerait qu’elle ait des vertus répulsives contre les poux. Le fruit est riche en vitamines A, B et C et en oligo-éléments tels le potassium, le magnésium, le calcium, le fer, le sélénium, le zinc… C’est un produit énergétique qui séduit nos palais.

Le corossol

Très consommé et apprécié aux Antilles, le corossol (Annona muricata) est le fruit phare des annonacées. Il arbore différentes formes, mais le plus souvent, il est allongé et toujours reconnaissable à ses épines molles recourbées. La fleur présente trois pétales externes charnus et de couleur crème.

Annona muricata corossol annonacées

Elle pousse directement sur le tronc. Ce phénomène est appelé cauliflorie et c’est aussi le cas de la carambole, du cornichon-pays et de la surette-cochon (Averrhoa carambola, Averrhoa bilimbi et Phylanthus acidus). Composée en grande partie d’eau, la pulpe du corossol est à la fois sucrée et acidulée. Elle possède des vertus diurétiques. Elle est consommée nature, en jus, glace, et son goût se rapproche du litchi. Ses feuilles froissées ont une odeur désagréable, mais possèdent de multiples bienfaits. L’infusion de feuilles permet de lutter contre les insomnies et les vers intestinaux. En cataplasme, elles apaisent les douleurs articulaires. Attention, car son usage répété peut être toxique !

Une autre utilisation symbolique en début d’année scolaire est le bain démarré (rompre les amarres pour tracer sa route). L’enfant est baigné dans une eau mélangée à des feuilles écrasées. Ce bain est censé le purifier en éliminant les impuretés et les ondes négatives pour passer d’un état à un autre. Ce rituel s’opère également en début d’année civile, chez les adultes.

Le cœur de bœuf

Annona reticulata Coeur de boeuf

Comme son nom vernaculaire l’indique, le fruit a généralement la forme d’un cœur. Il est devenu rare sur les marchés, le consommateur lui préférant la pomme cannelle ou le corossol. En Martinique, deux coloris de ce fruit sont visibles : le vert et le rosacé. Le cœur de bœuf (Annona reticulata) peut peser jusqu’à 1 kg ! À maturité, la pulpe crémeuse est dense, sucrée et rougeâtre. Riche en fibres, c’est une source de calories. Il est consommé nature, mais n’a pas la même valeur gustative que la pomme cannelle. En décoction, ses feuilles seraient un excellent vermifuge et ses racines un fébrifuge. Un colorant bleu ou noir est extrait des feuilles.

Le mamen

Annona glabra annonacées

En Guadeloupe, il porte le nom de kachiman kochon (Annona glabra) et en Martinique, celui de mamen ou bwa flo. On le rencontre surtout dans les zones marécageuses, en arrière de la mangrove. Le fruit est lisse, avec des écailles peu marquées. À maturité, il devient jaune avec des taches rouges. La pulpe est orange, très parfumée, mais elle est surtout appréciée par les crabes de terre, et c’est un excellent appât pour la pêche. Malgré tout, il sert à confectionner d’excellents jus ou glaces après avoir retiré les très nombreuses graines ! Jadis, en Martinique, sur la commune du Lamentin, l’arbre y poussait abondamment et a légué son nom à un pont traversant un cours d’eau, le Pont Mamen. En utilisation médicinale, l’infusion de ses feuilles calmeraient les diarrhées.

Et aussi…

D’autres espèces du genre annona ne sont pas ou peu cultivées en Martinique.

L’atemoya, un bel hybride entrela pomme cannelle et la chérimoleest appelé « goutte de miel » au Brésil, tant son goût est sucré et parfumé à la vanille.

L’abriba (Rollinia deliciosa = Annona mucosa) est originaire de Guyane française et du Nord du Brésil. Son léger goût de tarte au citron lui vaut un grand succès. Une espèce qui s’acclimate facilement en Martinique.

La chérimole (Annona cherimola), qui préfère les climats tempérés, est largement cultivée en Espagne et dans le Sud-Est de la France. Elle a une grande ressemblance avec la pomme cannelle et sa chair veloutée et très appréciée.

Enfin, une espèce peu connue en Martinique a été plantée au Jardin du Gros-Morne, c’est le corossolier bâtard ou kachiman montagne (Annona montana), originaire d’Amérique centrale, d’Amazonie et des îles des Caraïbes (forêt dense de Martinique et de Basse-Terre en Guadeloupe). C’est une anone à faible valeur gustative.

Par Hilaire Annonay, botaniste

Retrouvez nos magazines en ligne en cliquant sur le lien suivant ici
ou abonnez-vous pour les recevoir au format numérique en cliquant ici

banniere-dernier-numero-anform-martinique-guadeloupe-guyane

Vous aimerez aussi

Nos derniers articles

Retrouvez l’essentiel
de votre magazine Anform,
en vous inscrivant
à la newsletter.

Dans la même rubrique

Pub demie page - Sortie magazine

Nos derniers articles

Association Cyst'her

Cyst’Her, pour le bien-être menstruel

Créée pour accompagner les femmes souffrant de troubles féminins comme le
Tai chi contre Parkinson

Le taï-chi pour lutter contre Parkinson

Une nouvelle étude démontre les bienfaits du taï-chi, art martial traditionnel
Portrait Lycinais Jean

Lycinaïs Jean : « Je suis un électron libre ! »

Elle se fait appeler Lycinaïs Jean (prononcez « djine »), comme ces génies
12 écogestes numériques

Mes éco-gestes numériques

Si le numérique facilite notre quotidien, il a des répercussions néfastes
pub-carre-Anform-dernier-numero

Recevez votre magazine
au format numérique !

Le dernier numéro
est arrivé !