fbpx Skip to content

> Les alliés d’une bonne haleine

Les alliés d’une bonne haleine

Istockphoto

Source de stress, handicap social et même tue l’amour, la mauvaise haleine touche un individu sur quatre. Souvent occasionnelle et liée à l’hygiène bucco-dentaire, elle peut, dans certains cas, être pathologique. Quelles solutions ? 

Votre interlocuteur précipite la fin de votre échange, vos proches rechignent à venir vous embrasser, un ami vous propose systématiquement une pastille à la menthe ? Vous souffrez peut-être d’halitose. Autrement dit, vous avez mauvaise haleine. 

Sans oxygène

La mauvaise haleine est due à la prolifération d’une bactérie anaérobie, c’est-à-dire capable de se développer sans oxygène. Elle se nourrit de protéines et libère des composés soufrés volatiles malodorants. Ces bactéries se camouflent entre les dents, au fond de la langue, bien à l’abri de la salive, cet antibactérien naturel. Un brossage de dents sommaire, la présence de carries, la formation de poches parodontales, un dentier sale, des atteintes de la gencive sont autant d’éléments déclencheurs de l’halitose, sans en être les uniques responsables. Les amygdales sont parfois incriminées, les sinus également et, de manière générale, tout ce qui pourrait contribuer à provoquer une sécheresse buccale. D’ailleurs, les glandes salivaires étant moins actives pendant la nuit, il n’est donc pas rare d’avoir une haleine chargée au réveil. Hors hygiène buccale, le stress, le diabète, le surpoids, les problèmes hépatiques, les infections pulmonaires, le cycle menstruel ou une insuffisance rénale peuvent également être impliqués.

Odeur désagréable

Comment savoir si vous souffrez d’halitose ? Inutile de souffler dans le creux de sa main, l’odorat s’habitue aux odeurs et ne s’en inquiète rapidement plus. Parfois, l’halitose s’avère psychologique. Certaines personnes focalisent sur leur odeur persuadées d’avoir mauvaise haleine. C’est l’halitophobie. Alors, pour s’assurer de son haleine, mieux vaut aller voir son dentiste qui objectivera l’intensité de l’odeur par une mesure organoleptique (donc par l’odorat). Le test s’appuie sur les distances de perception d’une odeur désagréable quand le patient parle normalement. L’halitose est sévère à 1 m de perception au nez, et plutôt faible lorsqu’elle se limite à 10 cm. Et pour compléter ces premières d’indications, des dispositifs mécaniques peuvent mesurer la concentration de composés sulfurés volatiles dans l’air expiré du patient, fameux témoins d’une haleine trop odorante. D’autres techniques plus élaborées, basées notamment sur le laser, peuvent être utilisées pour explorer la bouche et ses cavités, la langue ou les glandes buccales.

Bain de bouche

Lorsque que l’halitose est établie, il est temps de s’attaquer au problème. Pharmacies, parapharmacies, remèdes de grand-mères, rayons de grandes surfaces, ou de boutiques bio regorgent de solutions pour pallier une mauvaise haleine passagère. Pastilles, sprays, bains de bouche, fils dentaires sont de bons adjuvants, dans l’urgence. Attention cependant, leur action n’est pas suffisamment préventive, et ils camouflent souvent plus qu’ils ne traitent le mal. Dans la durée, quelques règles fondamentales accompagnent la lutte contre l’halitose : 

s’assurer d’un brossage de dents trois fois par jour pendant au moins 3 min, avec une brosse en bon état et propre ;

– nettoyer sa langue avec un gratte langue ;

– utiliser de petites brossettes ou du fil dentaire pour les zones plus difficiles ;

– terminer par un bain de bouche conçu contre la mauvaise haleine.

Istockphoto

En plus des bonnes pratiques d’hygiène, des compléments naturels ou conseils peuvent atténuer le problème.

Mâcher un chewing-gum ou sucer un bonbon à la menthe (sans sucre, cela va sans dire !).
Mâcher des graines de fenouil pour leurs vertus antiseptique et antibactérienne.
Mordre un bâton de cannelle, un clou de girofle, de la badiane ou du persil frais.
Boire beaucoup d’eau ou des infusions de menthe (poivrée ou verte) pour lutter contre la sécheresse buccale.
Éviter les régimes protéinés et préférer les aliments riches en fibres.
Éviter le café, l’alcool ou le tabac.
Attention à la prise d’aliments à forte odeur comme l’ail, les aliments sucrés qui augmentent massivement la présence de bactéries dans la bouche.
Manger des probiotiques, ces bactéries bénéfiques pour l’organisme, présentes dans les yaourts sans sucre.
Faire des bains de bouche avec du bicarbonate de soude.
Faire appel aux fleurs de Bach n° 194.
Utiliser l’eau florale de tea tree.
Précédent
Suivant

Retrouvez nos magazines en ligne en cliquant sur le lien suivant ici
ou abonnez-vous pour les recevoir au format numérique en cliquant ici

Vous aimerez aussi

Nos derniers articles

Retrouvez l’essentiel
de votre magazine Anform,
en vous inscrivant
à la newsletter.

Dans la même rubrique

Nos derniers articles

Sida : la lutte freinée par les crises mondiales

Sida : la lutte freinée par les crises mondiales

La pandémie de Covid-19, la guerre en Ukraine, la crise économique
Fillette qui fait les premiers gestes de secours

Apprenez-leur les gestes qui sauvent !

Il n’y a pas d’âge pour apprendre les gestes qui sauvent.
L’équilibre acide-base

L’équilibre acide-base

Vous vous sentez fatigué, stressé, mal dans votre peau ? L’acidité de
lotion démaquillante groseille pays grosey hibiscus

Lotion démaquillante à la groseille-pays

Pour un visage plus que parfait, fabriquez votre lotion démaquillante à
magazine Guide bébé 2022 Anform martinique guyane guadeloupe réunion

Recevez votre magazine
au format numérique !

Le dernier numéro
est arrivé