fbpx Skip to content

> Parcours santé : j’y cours !

Parcours santé : j’y cours !

Parcours santé : j’y cours !
Istock Photos

Qu’on s’y rende pour courir le regard fixé sur le chrono, marcher en pleine nature ou profiter des installations, le parcours santé offre la liberté de choisir son rythme et l’opportunité de bouger. Sportifs du dimanche et des autres jours : bienvenus ! 

  Après quel objectif courir ?  

S’aérer

À la croisée de la promenade et de la piste de course, le parcours santé est un petit bout de nature préservée où tout le monde ne va pas forcément pour transpirer. Aucune machine ne calcule le rythme cardiaque, aucune musique ne hurle dans les haut-parleurs, aucun entraîneur ne délivre de consignes. Seuls l’effleurement du vent dans les feuilles des arbres et le clapoti de l’eau viennent rythmer les pas du sportif. Objectif : se détendre. Le parcours santé s’ancre dans un environnement naturel, agrémenté de marres, de petits coins de mangrove et parfois même de fiches explicatives sur la végétation qui le jonche.

Apprendre

« Le parcours santé est fait pour des gens qui n’ont pas une bonne connaissance de leur corps », remarque Jean W, professeur d’éducation physique. À chaque atelier, des panneaux font office d’entraîneur. Les exercices à réaliser sont expliqués et schématisés. On y trouve des conseils, les fautes à éviter, l’objectif sportif de l’exercice. « Sans connaissance apparente d’éducation physique, chacun peut réussir l’exercice et cela sans risque », poursuit le coach. Le parcours santé permet de découvrir le sport mais aussi son corps, de se familiariser avec un vocabulaire spécifique et des équipements que l’on pourra retrouver en salle de gym, d’apprendre que la chaise abdominale n’est pas un appareil de torture ou que le muscle deltoïde est celui qui fait fonctionner l’épaule.

Bouger

« Je marche ou je cours, mais je bouge… voilà l’esprit du parcours santé », résume le professeur. À l’origine de ce concept, une idée, celle de Georges Hébert, fondateur de la « méthode naturelle » qui, dénonçant une société trop sédentaire, prône une musculation du corps par des exercices simples, comme la marche, la course, le saut…

Le parcours santé est un espace qui incite à bouger, sans forcer à réaliser l’ensemble des exercices proposés, grâce à des appareils qui stimulent chaque partie du corps séparément. Entre chaque exercice, la marche permet de récupérer. « L’intérêt du parcours santé, c’est qu’il contient un déplacement de base et une série de mobilisations segmentaires du corps », précise Jean W.

Se surpasser

Hébert parlait du sport comme d’une lutte, d’un défi contre soi-même. Une pensée qui confirme feu l’instructeur sportif de l’École des athlètes de Reims dans son titre de créateur de l’essence du parcours santé. Parsemé d’obstacles, le parcours incite son public à se surpasser. Pas facile de franchir une pyramide debout, sans utiliser ses deux mains. Si les panneaux explicatifs des étirements, en début et fin de parcours, sont très précis et bien schématisés, c’est parce que l’échauffement est primordial. « Ne jamais entrer dans l’exercice avant sudation, même légère », insiste le coach. Pour forcer la capacité d’adaptation, les autres exercices sont moins détaillés et ainsi plus ouverts à l’interprétation. Ce défaut volontaire de précision « laisse ouvert le champ des possibilités d’adaptation du corps pour que chaque individu puisse s’y engager en fonction de ses capacités », explique Jean W.

S’entraîner

Le parcours santé est un espace de « sport pour tous » que « chacun conjugue à sa manière ». Le coureur du dimanche y trouvera autant son compte que le sportif assidu. « Ceux qui viennent s’y entraîner ont leur propre protocole d’entraînement. Ils passent énormément de temps sur les étirements. Les bancs leur permettent de s’allonger et de travailler sur le renforcement musculaire », commente le professeur. Alternant plats et côtes, les parcours santé se prêtent aux exercices cardio-respiratoires. Au coureur de faire varier sa vitesse, le nombre de tour et la cadence, en fonction de ses objectifs.

Trouver le bon parcours

1/ Le sol doit être souple, à la fois pour la course et pour l’amorti à la réception des installations (copeaux de bois).
2/ Les équipements ne doivent pas présenter de traces de vétusté (attention aux échardes).
3/ L’ensemble du parcours ne doit pas ressembler à une aire de pique-nique.
4/ Les explications doivent être textuelles et imagées pour permettre de mentaliser l’exercice, sans devenir trop techniques.
5/ Des points d’eau sont un avantage même s’il convient de toujours vous munir d’une bouteille.
6/ Si le parcours est agrémenté de monuments ou de ruines, ces zones doivent être bien délimitées.
7/ Le parcours doit être ombragé.
8/ Les ateliers doivent être suffisamment nombreux (1 équipement tous les 200 mètres environ) et comporter des entrées diversifiées pour être utilisés par plusieurs gabarits.
9/ Un bon parcours représente, en moyenne, une heure d’efforts.
10/ Le conseil du pro : vérifier la présence d’une garantie constructeur sur le panneau d’accueil. « Elle assure que le matériel, vérifié avant installation, est conforme et les équipements résistants aux tractions. »
Précédent
Suivant

TB

Retrouvez nos magazines en ligne en cliquant sur le lien suivant ici
ou abonnez-vous pour les recevoir au format numérique en cliquant ici

Laroche-posay-niacinamide

Nos derniers articles

Nos derniers articles

PUB-Anform-post-dernier-numero-A103

Retrouvez l’essentiel
de votre magazine Anform,
en vous inscrivant
à la newsletter.

Dans la même rubrique

Nos derniers articles

occuper ses enfants sur le trajet des vacances

Occuper ses enfants sur la route des vacances

« Quand est-ce qu’on arrive ? » Un long voyage en famille, ça se
Rimèd : le paroka

Rimèd : le paroka

C’est une plante incontournable de la pharmacopée créole ! Le paroka
Gommage capillaire

Faut-il faire un gommage capillaire ?

Un nouveau soin naturel des cheveux fait des émules. C’est le
Peau : je craque pour la chantilly mangue/karité

Peau : je craque pour la chantilly mangue/karité

La chantilly de beurre végétal, c’est le compromis parfait entre une
magazine Guide bébé 2022 Anform martinique guyane guadeloupe réunion

Recevez votre magazine
au format numérique !

Le dernier numéro
est arrivé