fbpx Skip to content

> Réussir sa prépa !

Réussir sa prépa !

Réussir sa prépa
Getty Images

La classe de prépa aux grandes écoles est une formation d’excellence de 2 ans. Comment réussir dans une filière si exigeante ? Des encadrants vous conseillent.

« Ne pas habiter loin »

« Dès la réunion de juillet, j’indique aux étudiants que les grandes vacances sont à mettre à profit pour lire : lexique, grammaire, fiches pour les connaissances culturelles, civilisationnelles, politiques et socio-économiques des pays hispanophones. Pour le vocabulaire, Quizlet est un bon outil numérique pour s’auto-évaluer. J’attends d’eux une parfaite maîtrise de la conjugaison. Donc, il y a des exercices à remettre à la rentrée. Je demande aux étudiants d’asseoir leurs bases avec des romans et films en VO.

Je leur conseille aussi de travailler l’orthographe. Au concours, les fautes sont sévèrement pénalisées. Le lycée a donc mis en place le projet Voltaire (remise à niveau en expression et en orthographe, NDLR) pour les aider. Quand on est submergé de travail, la première chose qui se dégrade est l’alimentation. Je suggère alors aux parents de préparer des plats équilibrés pour éviter les fast-foods. Autre élément fondamental : ne pas habiter loin. La fatigue due aux transports a un impact. On a aussi vite fait de passer des nuits blanches. J’apprends donc aux étudiants à faire des micro-siestes et des siestes de 20 minutes. »

Maylis-Craspail-conseil-prépa

Maylis Craspail,

agrégée d’espagnol, classes préparatoires littérature et économie, lycée Bellevue (Martinique), 20 ans d’enseignement dont 11 en prépa.

« Faire un plan de travail »

« Il n’y a pas de secret : sur 10 étudiants qui ont échoué, 9 n’ont pas suivi les conseils de leurs enseignants. L’année démarre dès juillet, le jour de la réunion après le bac. Les vacances ne sont pas des espaces de temps libre, mais des espaces sans cours. Aussi, il faut réviser le programme de terminale, maîtriser les fondamentaux et lire. Je conseille des romans (Jorge Amado, par exemple) qu’on pourra exploiter à la rentrée. Cela permet d’avoir une culture générale pour recourir à la création littéraire et romanesque dans une dissertation. 

Je les incite à consulter Wikipédia en anglais afin de travailler la langue et avoir le réflexe de vérifier les sources. Mais je les pousse à privilégier les sites reconnus par la communauté scientifique (Geoconfluence, Universalis). Je préconise aux étudiants de faire un plan de travail sans oublier les moments de détente (loisirs, sport, relations sociales) importants pour s’évader. Concernant l’alimentation, je les aide à décrypter ce qu’ils mangent à travers des cours de géographie rurale et agricole. Ils regardent les ingrédients et, après, on parle provenance, conditions de production. Cela permet de conscientiser sous une forme ludique. »

Bruno Magallon-Graineau prepa

Bruno Magallon-Graineau,

agrégé de géographie, professeur de chaire supérieure, classe préparatoire littérature, lycée Bellevue (Martinique), 32 ans d’enseignement, dont 27 en prépa.

« Améliorer sa culture générale »

« Les premiers mois sont cruciaux. Il faut s’adapter au rythme intensif. Je conseille de ne négliger aucune discipline, car les conseils de méthodologie sont transférables. Ces étudiants sont habitués aux bonnes notes. Mais en prépa, le niveau monte. Des 7 ou 8/20 ne doivent pas altérer la confiance en leurs capacités. Les heures de khôlles (interrogations orales) sont le moment pour affiner les remarques. On fait presque du sur-mesure. Les voyages culturels (à Paris) sont l’occasion de mettre en relation avec les anciens qui partagent leur expérience et conseillent sur les pièges à éviter. C’est aussi l’opportunité d’améliorer la culture générale avec les sorties au théâtre, à l’opéra et aux musées. »

Daniel-Sigiscar-astuce-prepa

Daniel Sigiscar,

agrégé de géographie, professeur de chaire supérieure, classe préparatoire des lycées de Baimbridge et Gerville-Réache (Guadeloupe), 38 années d’enseignement, dont 20 en prépa.

« Le travail personnel est primordial ! »

« L’anglais en classe prépa, c’est étudier les sciences humaines, mais dans une langue étrangère. Les étudiants doivent donc régulièrement lire un média anglophone pour comprendre les problèmes contemporains. Ils apprennent ainsi à argumenter. J’encourage vivement aussi à l’écoute de podcasts sur les questions d’actualité, le visionnage de films en version originale pour avoir des références culturelles. Cela enrichit le vocabulaire. 

Je leur rappelle que le travail personnel est primordial pour réussir. Les cours ne sont que 20 % du travail à réaliser. Suivez les conseils de vos enseignants ! D’expérience, cela fait gagner 6 à 8 points au concours comparé aux notes en prépa. Je les pousse aussi à planifier leurs tâches. Il vaut mieux 10-15 minutes tous les jours que 4 h le samedi. C’est une formation lourde, donc il faut garder son sport, un exutoire nécessaire. Durant les heures de khôlles, je peux voir si l’étudiant a assimilé la méthodologie, le vocabulaire, s’il sait faire le lien entre la problématique demandée et sa culture générale. On fait du coaching : « Aie confiance en toi, parle plus fort, sois convaincant, regarde dans les yeux ». C’est mon moment préféré. »

Karine Andy reussir prepa

Karine Andy,

agrégée d’anglais, professeur de chaire supérieure, classes préparatoires biologie, chimie, physique, sciences de la Terre et économique et commerciale, lycée Baimbridge (Guadeloupe), 29 années d’enseignement, dont 21 en prépa.

« Être autonome et responsable »

« Notre internat est une structure d’excellence pour 73 étudiants de prépa. Nous leur proposons un programme d’accompagnements. Pédagogique, avec 3 séances de renforcement scolaire hebdomadaires. Éducatif (artistique, culturel et sportif), où les étudiants apprennent différemment hors de la classe (accès gratuits aux théâtres, cinémas, concerts, sports). Ils acquièrent une ouverture culturelle qui renforce un socle personnel et professionnel. À ce titre, lors de sorties en entreprises, ils découvrent des métiers, créent un réseau pour des stages et emplois futurs.

 J’insiste sur la nécessité de se projeter dans la vie d’adulte en étant autonome et responsable. Ils ont ainsi en partie financé leur voyage linguistique en Irlande, en juillet, grâce à la vente de sinobols lors des matchs du championnat de foot. Je leur conseille d’organiser leur temps de manière optimale en tenant compte des courses et de la lessive à faire. On vit ensemble. Quand je les vois le matin, je repère les sourires, les mines grises. Nous échangeons beaucoup car la gestion du stress, c’est au quotidien. Je gère 15 groupes Whatsapp où je suis en contact direct avec eux. »

Jessica Monrapha prepa

Jessica Monrapha,

conseillère principale d’éducation, internat d’excellence Condorcet, lycées Gaillard et Bellevue (Martinique), 7 années d’expérience, dont 1 en structure d’excellence.

Par Boni Kwaku

Retrouvez nos magazines en ligne en cliquant sur le lien suivant ici
ou abonnez-vous pour les recevoir au format numérique en cliquant ici

banniere-dernier-numero-guide-senior-anform-martinique-guadeloupe-guyane-Guide senior 2023

Vous aimerez aussi

Nos derniers articles

Retrouvez l’essentiel
de votre magazine Anform,
en vous inscrivant
à la newsletter.

Dans la même rubrique

Pub demie page - Sortie magazine

Nos derniers articles

Tai chi contre Parkinson

Le taï-chi pour lutter contre Parkinson

Une nouvelle étude démontre les bienfaits du taï-chi, art martial traditionnel
Portrait Lycinais Jean

Lycinaïs Jean : « Je suis un électron libre ! »

Elle se fait appeler Lycinaïs Jean (prononcez « djine »), comme ces génies
12 écogestes numériques

Mes éco-gestes numériques

Si le numérique facilite notre quotidien, il a des répercussions néfastes
Grossesse et chlordécone

Grossesse : mesurez votre taux de chlordécone !

En Guadeloupe, les femmes enceintes ont désormais la possibilité de réaliser
PUB-Anform-post-dernier-numero-Guide-Senior-2023

Recevez votre magazine
au format numérique !

Le dernier numéro
est arrivé !