fbpx Skip to content

> Au sein des seins

Au sein des seins

Istock Photos

Ronds ou en poire, gros ou petits, naturels ou refaits, les seins sont un attribut essentiel de la féminité et aussi riches et complexes qu’elle. De l’allaitement à la sexualité, tout savoir, ou presque, sur ces rondeurs…

Aréole
C’est la surface ronde allant du rose au brun qui entoure le mamelon. Elle contient de petites glandes (aréolaires) qui sécrètent une substance huileuse pour protéger le sein contre les infections et le dessèchement. De taille variable, en moyenne 3 cm de diamètre, elle peut recouvrir entièrement la surface du sein, ou être à peine visible.

Allaitement
La fonction biologique du sein est de produire du lait afin de nourrir le nouveau-né. La glande mammaire compte 15 à 20 lobes, divisés en lobules, qui contiennent les glandes alvéolaires produisant le lait quand elles sont stimulées par les hormones de la grossesse. Les canaux galactophores ou lactifères relient les lobes au mamelon, transportant le lait qui change de goût selon les aliments ingérés et de composition selon l’âge et les besoins du bébé.

Bonnet
La profondeur des soutiens-gorge se mesure en bonnets de A à F. 60 % des femmes porteraient un soutien-gorge de taille inadaptée. Or, trop petit, il peut provoquer des maux de dos, des épaules et du cou et une mauvaise circulation sanguine. Et trop grand, ne pas assurer le soutien nécessaire. Il conviendrait aussi d’éviter les armatures, « et les matières irritantes », souligne le Dr Gualandi. La taille des seins dépend de l’ADN mais aussi de la masse globale du corps, car ils sont constitués de tissus adipeux. Ils peuvent donc grossir ou mincir, comme vous ! Une grosse poitrine pose parfois de vrais problèmes (maux de dos, par exemple). La réduction mammaire est prise en charge par l’Assurance maladie si le volume enlevé pèse au moins 300 g (deux tailles de bonnets).

Cancer
Le cancer du sein est le cancer le plus diagnostiqué chez les femmes, le plus souvent après 50 ans. « 50 % des cancers ont une cause alimentaire, précise le docteur Gualandi. Les responsables sont connus : les graisses hydrogénées issues de la « malbouffe ». Autrement dit, ils dépendent de notre comportement. Les causes génétiques représentent moins de 1 % et les facteurs héréditaires influencent 5 % des cas seulement. » Il existe divers types de cancer, dont le plus fréquent est le carcinome canalaire.

Breast Surgery Consultant Meeting With Female Patient

Chirurgie esthétique
L’augmentation mammaire est (avec la liposuccion) l’acte de chirurgie le plus pratiqué en France. 450 000 Françaises porteraient des prothèses mammaires. « Il faut bien réfléchir avant de se faire opérer, bien se renseigner, consulter un psychologue et choisir un chirurgien plasticien diplômé et compétent », conseille le Dr Michel Gualandi.

Douleurs

Assez fréquentes, avec des causes variées :
variations hormonales (cycle menstruel, grossesse, sensibilité aux œstrogènes de la pilule contraceptive) ;
douleurs osseuses intercostales ou atteintes de nerfs qui se projettent au niveau du sein ;
port d’un soutien-gorge mal adapté ou mouvements brusques et répétés.
Consulter son médecin si la douleur persiste ou si elle ne se manifeste que dans un seul sein.

Écoulement du mamelon
L’écoulement d’un ou des deux mamelons peut être lié :
aux effets secondaires d’un traitement médicamenteux ;
à un trouble endocrinien ;
– à une tumeur bénigne (papillome intracanalaire) ;
– à une infection du sein (mastite) ;
– à un fibroadénome.
Consultez

Examen clinique
Une palpation mammaire doit être pratiquée une fois par an par un médecin généraliste, gynécologue ou une sage-femme. En cas d’anomalie, le médecin pourra prescrire des examens complémentaires. Pour les femmes à haut risque (porteuses d’une mutation d’un gène de prédisposition au cancer du sein– BRCA), un contrôle est recommandé tous les 6 mois.

Autopalpation : mode d’emploi

L’auto-examen des seins permet à la femme de détecter une possible anomalie. Il s’agit de vérifier que les seins sont « comme d’habitude ». Cette méthode ne se substitue pas à un examen médical. Il est conseillé de faire l’autopalpation une semaine après les règles, moment où les seins sont plus souples. Vous pouvez dans un premier temps vous observer face à un miroir, les bras le long du corps, puis levés, afin de repérer un éventuel changement de taille, de forme, de contour des seins, ou encore une rougeur. « On conseille ensuite la palpation couchée, avec les doigts bien à plat sur les seins », explique le Dr Michel Gualandi, gynécologue.

Fibroadénome
Le fibroadénome est une petite masse bénigne de tissus fibreux et glandulaire qui se développe dans un sein ou les deux. Généralement bénin, il peut être retiré par chirurgie, surtout s’il est volumineux et devient gênant.

Hormones
Le sein est dépendant des nombreuses hormones produites tout au long de la vie (œstrogène, progestérone, androgène, prolactine, hormone de croissance…). Comme le rappelle le Dr Gualandi, « les hormones dépendent de l’alimentation, du stress et de beaucoup d’autres facteurs. D’où l’importance d’avoir une bonne hygiène de vie. Les femmes stressées peuvent vivre des syndromes prémenstruels absolument pénibles, se sentir irritables, souffrir de rétention d’eau, de troubles digestifs et de douleurs aux seins. Des réponses gynécologiques sont proposées ».

Homme
Les hommes ont aussi des seins ! Ils sont constitués de plus de tissus adipeux que de tissu conjonctif car moins riches en œstrogènes. 1 % des hommes sont concernés par le cancer du sein.

Infection
Les mastites (infections) survenant pendant l’allaitement (dites « puerpérales ») sont les plus fréquentes (85 % des cas). Généralement unilatérales, elles ne sont pas un engorgement du sein, même si cet engorgement peut être à l’origine de l’infection. L’infection est caractérisée par la douleur, la rougeur, la chaleur, parfois la fièvre. La mastite dégénère en abcès dans 5 à 10 % des cas. Un traitement antibiotique est généralement prescrit. Les mastites non puerpérales, dont les symptômes sont identiques, surviennent parfois après une intervention chirurgicale (plastique ou oncologique). Le tabac, l’obésité, le diabète et le piercing du mamelon sont des facteurs de risque.

Kyste
C’est un petit réservoir empli de liquide (produit par les glandes mammaires) qui se forme et se développe dans un sein ou les deux. Généralement bénin (non cancéreux), il peut générer des douleurs et se modifier avant les règles (devenir plus dur ou sensible). Il doit faire l’objet d’un diagnostic.

Mammographie
C’est une radiographie permettant d’avoir des images de l’intérieur des seins. « C’est l’outil de dépistage mondialement reconnu par l’OMS, explique le Dr Gualandi. À conseiller s’il y a un signe d’appel ou dans le cadre du dépistage réalisé par le centre régional de coordination des dépistages des cancers du sein qui convoque les femmes tous les 2 ans à partir de 50 ans et jusqu’à 75 ans. » L’échographie mammaire peut être effectuée après une mammographie afin d’affiner le diagnostic. Technique utilisant les ultrasons, elle permet de voir la nature liquide ou solide des nodules repérés à la mammographie. Nouvel outil de dépistage, la mammographie en 3D, ou tomosynthèse, capable de fournir une meilleure image du tissu mammaire.

Mamelon
Le mamelon ou téton est le bout du sein. Sensible, il réagit au froid ou à l’excitation sexuelle. Il est entouré de l’aréole. Sa fonction est de permettre la sortie du lait au cours de l’allaitement. Un muscle sphincter permet la contraction de la zone. La grossesse modifie le mamelon, plus dur et plus gros et l’aréole, plus foncée.

Orgasme
Une femme sur trois pourrait atteindre l’orgasme par une stimulation des seins. Ils sont une zone érogène secondaire au potentiel érotique variable selon les personnes et les cultures.

Pilule
Une pilule qui donne mal aux seins est sûrement mal adaptée. Une pilule moins dosée en œstrogènes devrait permettre d’y remédier. « La pilule œstroprogestative est idéale chez les femmes de moins de 40 ans, explique le Dr Michel Gualandi, au-delà, le stérilet ou l’implant sont recommandés. Car la pilule, qui est « durée dépendante », a un effet légèrement favorisant sur le cancer du sein. »

Poil
Si un poil solitaire apparaît parfois autour des aréoles, rien d’anormal ! Mais si la présence de poils est excessive, les glandes surrénales ou les ovaires produisent peut-être de la testostérone en excès. En parler à son gynécologue.

Puberté
Les œstrogènes produits par les ovaires sont responsables des changements qui interviennent dans le corps à la puberté. Parmi eux, le développement des seins. Le mamelon se surélève et l’aréole mammaire s’élargit. Puis, les mamelons se pigmentent. Enfin, le sein prend sa forme adulte avec un aspect hémisphérique et un mamelon saillant.

Sex-appeal
Selon une étude de l’Université Victoria de Wellington en Nouvelle-Zélande, 47 % des hommes regardent en premier lieu la poitrine chez une femme. Contre 20 % qui s’intéressent à son visage…

Sport
Pas de muscle dans les seins, donc pas moyen de faire du sport pour qu’ils prennent du volume ! En revanche, l’activité physique qui muscle le dos permet d’obtenir une meilleure posture et donc un bon soutien de la poitrine.

Tabac
Fumer augmente le risque de cancer du sein de 16 %. Ce chiffre atteint 22 % si on a commencé à fumer jeune avant une première grossesse. Le tabagisme passif augmente le risque de 10 %. Quant à l’alcool, il augmente le risque de façon « dose-dépendante ». Plus on boit, plus le risque augmente.

Taille
Elle varie sans cesse. Pendant la grossesse, puis l’allaitement, à la puberté et à la ménopause, lors des prises ou des pertes de poids, pendant l’acte sexuel… Et puis, elle est inégale d’un sein à l’autre. Chez 65 % des femmes, le sein gauche est plus gros.

Retrouvez nos magazines en ligne en cliquant sur le lien suivant ici
ou abonnez-vous pour les recevoir au format numérique en cliquant ici

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi

Nos derniers articles

Anform pub Lynx

Retrouvez l’essentiel
de votre magazine Anform,
en vous inscrivant
à la newsletter.

Dans la même rubrique

Nos derniers articles

Cancer, Sida… : les promesses des vaccins à ARN messager (ARNm)

Cancer, Sida… : les promesses des vaccins à ARN messager (ARNm)

Développées dans l’ombre depuis 40 ans, les thérapies à ARNm ont permis
L’échangisme pour relancer le désir

L’échangisme pour relancer le désir

Avec 15 % des Parisiens qui ont déjà vécu une expérience échangiste
Jeunes soignants en pleine pandémie Antilles Guadeloupe Martinique

Jeunes soignants en pleine pandémie

Mis en lumière par des applaudissements au cœur de la crise
J’ai testé la culotte menstruelle !

J’ai testé la culotte menstruelle !

Dernière invention en matière de protection hygiénique, la culotte menstruelle promet
Guide senior magazine anform sante bien etre question reponse

Recevez votre magazine
au format numérique !

Le dernier numéro
est arrivé