fbpx Skip to content

> Diabète ou conduite : faut-il choisir ?

Diabète ou conduite : faut-il choisir ?

Diabète ou conduite, il faut choisir
Getty Images

Il peut être dangereux de conduire quand on est diabétique du fait du risque de survenue de malaises graves. Le législateur a précisé les conditions d’obtention d’un permis de conduire provisoire afin de protéger le conducteur et les autres usagers de la route.

Le risque d’une hyperglycémie

Le diabète peut affecter la capacité à conduire un véhicule. Notamment si la maladie n’est pas bien équilibrée, car elle pourrait provoquer des malaises. « Lorsqu’une hypoglycémie intervient, à n’importe quel moment, y compris au volant, elle modifie l’état de conscience, les réflexes et le jugement, altérant la capacité à conduire », explique le Dr Claude Gruel, médecin diabétologue. Cela induit une mise en danger du conducteur, de ses passagers et des autres usagers de la route. Un quart des conducteurs diabétiques reconnaissent avoir déjà ressenti des signes d’hypoglycémie lors de la conduite, suées, troubles de la vision, accélération du rythme cardiaque, sensation de fatigue.

Les autres risques

Les risques du diabète sur la conduite

Les complications chroniques du diabète représentent aussi des dangers significatifs pour la conduite : « Les troubles visuels dus à une rétinopathie, les atteintes vasculaires cérébrales ou coronariennes (risque accru d’AVC ou d’infarctus du myocarde), les troubles neuropathiques ou plaie du pied (pied diabétique) pouvant entraîner une insensibilité, donc une altération de la perception des pédales. »

Ce que dit la loi

Un arrêté a été promulgué le 28 mars 2022 concernant le permis de conduire pour les patients diabétiques (paru au JO du 3 avril). Il fixe la liste « des affections médicales incompatibles ou compatibles avec ou sans aménagements ou restrictions pour l’obtention, le renouvellement ou le maintien du permis de conduire ou pouvant donner lieu à la délivrance de permis de conduire de validité limitée ».

Il est désormais obligatoire d’effectuer un contrôle d’aptitude à la conduite auprès d’un médecin agréé par la Préfecture (et non plus auprès de son médecin traitant ou de son diabétologue) en cas de diabète de type 1 comme de type 2, si le patient prend un traitement susceptible de provoquer une hypoglycémie ou s’il est sujet à des hypoglycémies fréquentes et sévères. Allégement pour les patients de type 2, sans traitement susceptible de provoquer une hypoglycémie, et qui par ailleurs ne sont pas sujets à d’autres complications, la visite chez le médecin agréé n’est pas obligatoire.

Pour obtenir un permis à durée limitée

La durée de validité pour un permis B est de 5 ans (18 à 60 ans), 3 ans pour le permis poids lourds, 2 ans de 60 à 76 ans, 1 an au-dessus de 76 ans. Pour l’obtenir, il faut :

Permis de conduire pour les personnes souffrant de diabète, diabétiques

La visite obligatoire

Il est recommandé de bien préparer la visite médicale en vue de l’obtention du permis avec son médecin et/ou diabétologue. Ce dernier fournit un certificat médical où sont portés le suivi des recommandations de la Haute Autorité de Santé, l’autosurveillance glycémique, si celle-ci est indiquée en fonction du type de diabète et de son traitement, l’équilibre du diabète, la bonne sensibilité aux premiers signes de l’hypoglycémie et l’absence de complications avec des conséquences cliniques, en particulier ophtalmologiques.

Dans la pratique

– Passer son permis quand on est diabétique

Un formulaire est à remplir à l’auto-école. Il convient de cocher « oui » à la ligne : « Le candidat est atteint à sa connaissance d’une affection et/ou d’un handicap susceptible d’être incompatible avec l’obtention ou le maintien du permis de conduire ou de donner lieu à la délivrance d’un permis de conduire de validité limitée. »

– Quand on devient diabétique et qu’on a déjà son permis

Le titulaire d’un permis devra passer une visite médicale d’aptitude à la conduite automobile en consultant un médecin agréé de la Préfecture qui n’est pas son médecin traitant. Un conducteur diabétique qui ne respecte pas l’obligation de signaler sa maladie est passible d’une amende pouvant aller jusqu’à 750 euros. En cas d’accident, les sanctions peuvent s’alourdir. Par ailleurs, la compagnie d’assurance peut elle aussi se retourner contre le conducteur (circulaire du 3 août 2012).

Pour prendre la route en toute sécurité quand on a du diabète

Pour prendre la route en toute sécurité

Retrouvez nos magazines en ligne en cliquant sur le lien suivant ici
ou abonnez-vous pour les recevoir au format numérique en cliquant ici

banniere-dernier-numero-anform-martinique-guadeloupe-guyane-Mon jardin creole

Vous aimerez aussi

Nos derniers articles

Le dernier numéro
est arrivé !