fbpx Skip to content

> Mes cosmétiques aux pierres précieuses

Mes cosmétiques aux pierres précieuses

Everything for aromatherapy
Envato Elements

L’utilisation des pierres précieuses dans les cosmétiques est plus que tendance ! Quelles sont ces pierres et leurs vertus ? Sont-elles réellement efficaces ? Au contraire, présentent-elles un risque potentiel pour la santé ? 

L’utilisation des minéraux et pierres pour leurs propriétés thérapeutiques remonte aux Égyptiens. Ainsi, l’onguent de minéral divin, utilisé pour régénérer la peau, contenait, outre des substances aromatiques, de l’or, de l’argent, des turquoises et du lapis-lazuli. Également, au Moyen-Âge, les alchimistes les intégraient dans leurs onguents de beauté. Encore aujourd’hui, les Chinoises, connues pour leur teint de porcelaine, utilisent traditionnellement des crèmes à base de poudre de perle.

Fer, zinc…

S’ils sont utilisés en cosmétique, c’est avant tout pour leur richesse en oligo-éléments, tels que le fer, le zinc, le magnésium, le silicium… Ces derniers stimulent la microcirculation cutanée et réactivent les échanges cellulaires contribuant à la beauté et à la santé de la peau. Dès lors, les marques ne tarissent pas d’éloges sur ce procédé. Intégrer de la poudre de pierres précieuses dans les formules cosmétiques permettrait d’hydrater, d’équilibrer, d’apaiser, de ressourcer et d’illuminer la peau. Plus encore, chaque pierre, en raison de sa composition minérale spécifique, aurait des vertus bien à elle. Aussi, les marques n’hésitent pas à mettre en avant l’argument « cosmétique personnalisé », pour promouvoir leurs précieux produits. Selon les besoins de votre peau, il ne resterait plus qu’à déterminer la pierre qu’il vous faut…

Le diamant 

Le diamant est une pierre à part entière dont les propriétés exceptionnelles viennent de sa structure unique. Il bénéficie d’un indice de réflexion de la lumière très élevé, d’où son éclat. Il serait donc réservé aux personnes ayant la peau terne.

La malachite

La malachite est reconnue pour sa richesse en cuivre, un anti-oxydant de nos cellules. La malachite est donc l’arme principale de lutte contre l’oxydation des cellules de la peau. Face aux nombreux facteurs environnementaux responsables de cette oxydation (pollution, UV, tabac, produits chimiques, bactéries…), le cuivre agit à deux niveaux. D’une part, il détruit les radicaux libres, et d’autre part, il active les mécanismes de défense. 

Le saphir

Tout comme le jade, le saphir permet de lutter contre les signes du temps. Sa richesse en fer agit directement sur la production de collagène. Véritable agent de régénération, le fer relance la synthèse du tissu soutien du derme, aide ainsi la peau à se redensifier et à retrouver sa fermeté de l’intérieur.

Le jade

Le jade est riche en sodium et permet l’équilibre hydrique de l’organisme et l’hydratation des cellules. Il contribue à structurer et à redonner de l’élasticité aux tissus. Le jade serait donc la solution aux peaux sèches à très sèches, rugueuses et manquant d’élasticité.

Le rubis

Le rubis étant particulièrement riche en chrome, il permet de réguler le taux de sébum par son action métabolique sur les lipides. Il serait donc particulièrement recommandé pour les peaux grasses. 

La perle de nacre

Riche en calcium, cette petite bille blanche permet de limiter les pertes en calcium de l’organisme et d’améliorer la cohésion entre les cellules, protégeant ainsi les peaux fragiles et desséchées.

Pas si anodins…

S’agissant du prix à payer pour avoir la satisfaction de s’appliquer de la poudre de pierres précieuses sur le bout du nez, il y en a pour tous les goûts et tous les budgets. Il existe bien sûr des crèmes à 80 euros les 100 ml, mais il est également possible de dégoter des gels douche aux éclats de perle bien plus abordables. Car, en observant la composition des cosmétiques, le consommateur averti s’aperçoit bien vite que les minéraux de pierres précieuses tiennent plus de place dans l’argumentaire publicitaire que dans la composition réelle du produit final… et c’est peut-être mieux ainsi ! Il ne faut pas perdre de vue que les pierres précieuses appartiennent au monde minéral. Qui dit minéral dit métaux. Et si les métaux précieux ne sont pas toxiques en eux-mêmes, il n’en va pas de même de leurs sels. Une polémique concernant les sels d’aluminium (par leur présence dans les déodorants) anime, par exemple, les médias depuis plusieurs années. Qu’en est-il de l’or ou de l’argent ? Si aucune étude scientifique sérieuse n’a encore été diligentée sur l’utilisation de poudre de pierres précieuses dans les cosmétiques, rappelons la tragique destinée de Diane de Poitiers. Dans sa quête de beauté éternelle, elle avait l’habitude d’avaler chaque matin une solution d’or… jusqu’à l’intoxication ! Contacté par Le Progrès en janvier 2017 au sujet de l’utilisation de plus en plus courante des pierres précieuses, le conseil de l’ordre des médecins du Rhône n’avait pas donné suite. Des médecins généralistes ciblent des pratiques « inefficaces », quand beaucoup refusent de se prononcer… Dans l’attente de véritables réponses quant à leur efficacité ou leur dangerosité, on peut certainement user du principe de modération !

Par Léa Claudet

Retrouvez nos magazines en ligne en cliquant sur le lien suivant ici ou abonnez-vous pour les recevoir au format numérique en cliquant ici

Laroche-posay-niacinamide

Vous aimerez aussi

Nos derniers articles

PUB-Anform-post-dernier-numero-A103

Retrouvez l’essentiel
de votre magazine Anform,
en vous inscrivant
à la newsletter.

Dans la même rubrique

Nos derniers articles

occuper ses enfants sur le trajet des vacances

Occuper ses enfants sur la route des vacances

« Quand est-ce qu’on arrive ? » Un long voyage en famille, ça se
Rimèd : le paroka

Rimèd : le paroka

C’est une plante incontournable de la pharmacopée créole ! Le paroka
Gommage capillaire

Faut-il faire un gommage capillaire ?

Un nouveau soin naturel des cheveux fait des émules. C’est le
Peau : je craque pour la chantilly mangue/karité

Peau : je craque pour la chantilly mangue/karité

La chantilly de beurre végétal, c’est le compromis parfait entre une
Guide senior magazine anform sante bien etre question reponse

Recevez votre magazine
au format numérique !

Le dernier numéro
est arrivé