fbpx Skip to content

> Alerte à la maladie du « foie gras »

Alerte à la maladie du « foie gras »

Alerte à la maladie du foie gras anform magazine sante
Shutterstock

Cette maladie du foie touche près d’un quart de la population mondiale. Les spécialistes sont inquiets car elle peut entraîner une cirrhose, voire un cancer du foie.

La maladie du « foie gras » ou stéatose hépatite non alcoolique (souvent appelée Nash pour Non Alcoholic Steato Hepatitis) est une des conséquences possibles d’une accumulation anormale de graisse dans le foie. Elle touche aujourd’hui près de 23 % de la population européenne et un quart environ de la population mondiale. Être obèse, diabétique, souffrir de troubles du métabolisme (héréditaires ou non) rend particulièrement vulnérable à cette affection.

Trop gras, trop sucré

obesité diabète MALADIE FOIE

En effet, 90 % des diabétiques et 80 % des obèses sont atteints de Nash. Les causes sont généralement une alimentation déséquilibrée, trop sucrée et/ou trop grasse et le manque d’exercice physique. Plus rarement, les médicaments utilisés lors des chimiothérapies, ou certains corticoïdes. Qu’ils soient médicamenteux ou alimentaires, ces dysfonctionnements métaboliques génèrent une accumulation de graisses dans les cellules hépatiques (hépatocytes : cellules du foie). « À l’échographie, explique le Dr Rémy Romney, hépato-gastroentérologue, le foie apparaît brillant. On parle alors de stéatose pour évoquer le diagnostic de Nash. On doit aussi retrouver une perturbation du bilan biologique hépatique. »

Asymptomatique

L’absorption massive et régulière de sucres et de gras rend l’insuline moins efficace pour réguler la glycémie. Elle est dépassée. Du coup, les excédents sont stockés dans l’abdomen, autour des viscères et dans les cellules du foie sous forme de graisses, créant une stéatose ou accumulation anormale de triglycérides dans les cellules hépatiques. La stéatose s’installe et se déploie généralement de façon totalement asymptomatique. Dans de rares cas, on peut observer une fatigue ou une gêne abdominale. Le foie a tendance à grossir, ce qui peut être décelé par le médecin à l’examen clinique.

20 % évoluent en cirrhose

20 % évoluent en cirrhose

Les hépatocytes peuvent alors devenir inflammatoires, souffrent et parfois se nécrosent. On parle alors de stéato-hépatite non alcoolique. « Les hépatocytes qui disparaissent, précise le Dr Rémy Romney, sont alors remplacés par des cellules fibreuses (fibrocytes). Une cirrhose correspond au stade où les cellules du foie sont détruites en trop grand nombre. Les fibres s’accumulent autour des cellules du foie, les empêchant d’être en contact avec le sang et de fonctionner correctement. » Dans 20 % des cas, la Nash évolue en cirrhose qui peut entraîner des complications gravissimes telles que des hémorragies digestives ou le cancer du foie.

Dépistée tardivement

« Le diagnostic de stéato-hépatite n’est posé de façon certaine que grâce à une ponction biopsie du foie et l’analyse au microscope par le médecin anatomo-pathologiste. Heureusement, on peut actuellement faire le diagnostic et la surveillance par d’autres procédés non invasifs, des marqueurs biologiques ou en mesurant l’élasticité du foie grâce a une sonde posée sur l’abdomen (élastométrie par fibroscan). C’est la fibrose hépatique, la composante la plus dangereuse de la Nash, qui est surveillée car c’est elle qui prédit le risque de cirrhose. Malheureusement, compte tenu de l’absence de symptômes dans la plupart des cas, la maladie est souvent dépistée très tardivement. »

Omégas-3

OMEGA 3 MAIGRIR nash maladie foie gras

Il n’existe pas encore de médicaments contre la Nash. Il s’agit avant tout de perdre du poids. Le régime et l’activité physique vont avoir pour objectif d’améliorer la santé du foie en réduisant la résistance à l’insuline et en régulant le taux de lipides dans le sang. Pour cela, il convient de consommer des omégas-3, d’éviter les graisses saturées et trans (les mauvaises graisses provoquent une hausse du taux de triglycérides dans le sang), de limiter le sucre et l’alcool et de favoriser les aliments à index glycémique bas (les aliments à IG élevé provoquent une hausse importante de sucre dans le sang, entraînant une sécrétion forte d’insuline). La stéatose hépatique et la Nash sont donc réversibles.

Sport et diététique

Une perte de poids durable de 5 et 10 % a un effet important sur la stéatose et la sévérité de la Nash. Pour cela : suivi diététique et exercices. Mais l’exercice seul n’est pas suffisant. En pratique, il est recommandé de réaliser 60 min d’activité physique, 3 jours par semaine.

Retrouvez nos magazines en ligne en cliquant sur le lien suivant ici
ou abonnez-vous pour les recevoir au format numérique en cliquant ici

Bannière ANFORM DUCRAY KERACNYL

Vous aimerez aussi

Nos derniers articles

Le dernier numéro
est arrivé