fbpx Skip to content

> 6 choses à savoir sur le cerveau

6 choses à savoir sur le cerveau

6 choses à savoir sur le cerveau
Shutterstock

Il ressemble à un petit chou-fleur rose et gélatineux et pourtant… notre cerveau recèle la clé de notre bonheur, de nos émotions, de nos souvenirs et de notre intelligence. Alors, si on apprenait à mieux l’utiliser ?

Le cerveau ne représente que 2 % de la masse du corps humain. Mais il mobilise en permanence 20 % de la circulation sanguine. C’est ici que le monde est décrypté sous forme d’images, de voix, d’odeurs, de sensations tactiles, de saveurs. C’est également dans le cerveau que se forment les pensées et le langage, que se prennent les décisions. Le cerveau est aussi le siège de la conscience, des émotions… Il commande les mouvements et veille au bon fonctionnement de l’organisme, assurant la respiration, l’équilibre des hormones, la succession des périodes de veille et de sommeil, la régulation de l’appétit…

1. 100 milliards de neurones

Notre système nerveux est composé d’environ 100 milliards de neurones. Ces cellules en forme d’étoiles, de pyramides, de cônes, sont spécialisées dans le traitement de l’information électrique. Elles vont chercher de l’information sous forme d’impulsions électriques depuis toutes les zones du corps grâce à des bras. La plus grande partie des neurones est enfermée dans la boîte crânienne.

1 000 km !

Le cerveau humain occupe un volume de 1 350 cm3. Il pèse en moyenne 1,4 kg. 40 % de ce poids est dû au cortex, les corps des neurones. Si elle était étalée, cette couche plissée de 2 à 4 mm d’épaisseur occuperait une surface d’environ 1 m2. Et si on alignait bout à bout tous les neurones du système nerveux, on obtiendrait une ligne de 1 000 km environ.

2. Il fabrique sans cesse de nouveaux neurones

neurone

De nouveaux neurones naissent tout au long de la vie ! Cette neurogenèse (découverte en 1998) a même été observée jusqu’à un âge avancé de plus de 72 ans ! « L’enjeu est énorme, insiste Pierre-Marie Lledo, neurobiologiste et directeur de recherche au CNRS. L’existence d’une néoneurogenèse dans au moins deux zones du cerveau, l’hippocampe et le striatum, offre de nouvelles pistes pour lutter contre des maladies neurodégénératives comme Alzheimer ou Parkinson, ou contre la dépression. » Pour garder un cerveau jeune, on peut donc toujours stimuler notre cerveau.

3. Les créatifs n’utilisent pas plus le cerveau droit !

Êtes-vous plutôt « cerveau droit » ou « cerveau gauche » ? Selon les tests qui fleurissent sur internet, les personnalités utilisant plutôt le premier seraient artistiques et communicatives, quand les adeptes du second seraient analytiques et rationnelles. Cette idée largement répandue n’a pourtant aucun fondement scientifique.

4. Il faut se méfier des commotions cérébrales

C’est un mauvais placage au rugby, une chute de cheval… Le sportif se sent un peu sonné, mais reprend vite ses esprits. Toutefois, la succession de ces chocs peut laisser des séquelles à vie : pertes de mémoire, difficultés à suivre une conversation et à se concentrer, grosse fatigue permanente, et une humeur en dents de scie. Lors du choc, la masse cérébrale a été projetée contre les parois internes du crâne, provoquant une commotion cérébrale. Pour les médecins, les conséquences sont comparables à celles d’un traumatisme crânien léger, comme celui dû à une voiture percutant un mur à 60-80 km/h. En 2017, des neurologues américains ont révélé que le cerveau de 87 % des anciens joueurs de football américain, amateurs ou professionnels, présentaient des zones de dégénérescence neuronale.

5. Bien le nourrir est essentiel !

grossesse cerveau

Pour se construire, grandir et fonctionner en bonne santé, votre cerveau a besoin d’être bien nourri et stimulé. Tout au long de la vie !

Avant la conception : vive les folates
Les folates (une variété de vitamine B) participent à la soudure du tube neural (précurseur du cerveau et de la moelle épinière) au cours de la 4e semaine de grossesse. Si vous pensez avoir un enfant, ne lésinez donc pas sur les légumes à feuilles (comme les épinards), les agrumes, les céréales complètes, le maïs, les lentilles, les œufs, les fromages…

Toute la vie : des omégas-3
Plus de la moitié de la masse cérébrale est constituée de graisses ! Cette matière grasse enveloppe notamment les connexions neuronales et accélère la circulation de l’information. Les fameux omégas-3 et l’acide arachidonique sont connus pour participer à la formation des neurones. Privilégiez les poissons gras, riches en acide gras insaturés.

6. On peut booster sa mémoire

On ne naît pas avec une bonne ou une mauvaise mémoire. La mémorisation est d’autant meilleure que l’on crée du lien avec des souvenirs bien ancrés. Par exemple, pour votre code secret de carte bancaire, pourquoi ne pas tenter l’association du numéro de deux départements (5675 devient alors Morbihan-Paris). La mémorisation s’améliore avec la répétition. À quelques heures d’intervalle, c’est encore mieux ! Et comme rien ne vaut un esprit sain dans un corps sain… faites du sport ! Enfin, un dernier truc : notre mémoire immédiate serait meilleure en mode « auditif » qu’en mode « visuel ».

(article paru en juillet-août 2020)

Retrouvez nos magazines en ligne en cliquant sur le lien suivant ici
ou abonnez-vous pour les recevoir au format numérique en cliquant ici

Vous aimerez aussi

Nos derniers articles

Le dernier numéro
est arrivé